Colloque Génération C – ma (longue !) synthèse

MISES À JOUR (placées en début de billet, puisque la fin est trop loin ;-)) :

2009-10-23 : le lien vers le fichier PDF colligeant tous les gazouillis du colloque est fonctionnel.

2009-10-24–08:48 : Le lien a été mis vers la conférence de Danah Boyd de l’été dernier.

2009-10-27 : La vidéo réalisée par Ckétokoi.tv, présentée au colloque est ici. (Et à la fin de ce billet)

2009-10-27 : Ajout d’un lien vers une liste des gazouilleurs (Twitteurs) les plus “intenses” 😉

2009-11-17 : Voici un autre fichier PDF qui regroupe la PLUPART (certains sont malheureusement disparus dans le cyberespace, dû à mon irrégularité pour colliger ces précieuses données, j’en suis désolé…) des gazouillis publiés après le colloque, soit entre le 23 octobre et aujourd’hui, 17 novembre.

2009-11-17 : Finalement (ce devrait être ma dernière mise à jour ici ;-)), Félix et moi avons gagné chacun une veste Zap-Québec, remise le 11 novembre dernier aux 2 gazouilleurs qui ont été les plus prolifiques lors de ce colloque ! Merci beaucoup au CEFRIO et à Zap-Québec 🙂

Note de l’auteur : je ne pensais pas me rendre à plus de 2400 mots. À lire en prenant son temps 😉

Merci !

 

Mardi et mercredi, j’ai eu la chance de pouvoir assister au colloque organisé par le CEFRIO sur la Génération C (GenC ci-après, pour reprendre le libellé du tag Twitter utilisé pour l’occasion), génération C dont j’ai brièvement parlé ici.

Pour y assister, j’ai dû négocier (assez serré) le prix de mon inscription, car le coût initial apparaissait prohibitif pour quiconque oeuvre en éducation, cette sphère sociale archi-importante qui n’est malheureusement plus prioritaire chez nos dirigeants, et où, selon moi, se gaspillent de précieuses ressources financières (Autre “billet à venir” !!!). Merci ici à ma direction d’école et au CEFRIO pour tous les efforts faits à cet égard.

Le colloque s’ouvrait avec une conférence de Danah Boyd (@zephoria sur Twitter) dont on peut retrouver la trace d’une conférence similaire ici (Merci à Patrick Giroux pour le lien)- qui est une conférence assez apparentée à celle qu’elle nous a livrée au colloque, avec son débit ultra-rapide à la Louis-José Houde, pour reprendre les paroles de Mario Asselin à son égard ! Ici, les appareils permettant de se connecter à une traductrice ont été très appréciés, merci au CEFRIO d’avoir pensé à cela aussi 🙂

Par la suite, la fameuse étude du CEFRIO, concernant cette Génération C, a été dévoilée. Ici, j’avoue que j’espérais que ça aille un peu plus loin encore, par rapport aux grandes lignes qui avaient été véhiculées dans les médias, entre autres dans cette série de reportages de Taïeb Moalla dont j’ai parlé ici. Je réalise que je n’étais pas le seul à avoir plusieurs questions en tête: simplement relire les gazouillis publiés sur Twitter  aux alentours de la fin de l’avant-midi du 20 octobre pour s’en convaincre, ou télécharger le fichier PDF (plus de 300 pages !!!) que j’ai réalisé mercredi soir et qui réunit presque tous les gazouillis (incluant certains non pertinents, car genc est un mot dans une autre langue… le finnois ou ?)

Bref, une étude qui suscite encore plus de questions que de réponses. J’ai hâte de voir les détails que le CEFRIO publiera prochainement sur son site (Lien détaillé à venir ici)

ParticipDeCoteNCzSBr

En après-midi, un atelier fort couru, portant sur l’éducation, réunissait plusieurs des participants au colloque. François Guité (ancien collègue, maintenant du CTREQ), Roberto Gauvin, dynamique directeur d’école au CAHM (et principal organisateur de Clair2010), ainsi que Ronald Canuel (1 article trouvé ici), directeur de la CS Eastern  Townships en Estrie, CS célèbre pour son programme un élève-un portable, nous ont présenté leurs visions, nous amenant à réfléchir et à aller plus loin encore ! C’est la raison principale de mon inscription à ce colloque: utiliser ce tremplin pour me resituer et aller plus loin dans l’ACTION !

Nous avons pu conclure avec Francesc Pedro de l’OCDE qui, malgré la barrière de la faible maîtrise du français (qui a un peu “bogué” mon oreille de musicien – mon problème), nous a parlé des enjeux en éducation provoqués par les transformations sociales que nous font vivre ces technologies.

J’ai ensuite pu souper avec plusieurs “collègues” que je fréquente assidument sur le Net, mais que je vois beaucoup trop rarement en personne: je pense ici à Roberto Gauvin, Patrick Giroux, (qui a amené 2 de ses élèves-futurs profs, le 3e étant nommé plus loin ici), Stéphane Brousseau (+ici)qui était venu au colloque avec Luc Fournier ( que j’ai connu récemment), Mario Asselin, Carl-Frédéric DeCelles (CFD), ainsi que David Martel (futur enseignant prometteur), Jean-Sébastien Grenon sympathique personnage du CEFRIO et Sébastien Dubois de chétikoi.tv.

J’en profite ici pour souligner mes premières rencontres en personne (je n’emploie plus l’adjectif réel…) avec Isabelle-IsatrucÉtolane et Nathalie Couzon, entre autres, que je connaissais déjà via Twitter, ainsi que Denis François Gravel que j’ai connu lors de ce colloque et qui a pris d’excellentes photos, dont une figure ici ci-dessous.

 

 

CafeIcone

Le lendemain, j’ai débuté la journée par un manque de café, que j’ai pu clamer sur Twitter: non pertinent diront certains, mais au moins, c’était pendant l’activité “Éveil des neurones”, par Michel Dumais et quelques jeunes réunis sur scène. Alors c’était de mise 😉

Jennifer Okimoto (@JenOkimoto sur Twitter) nous a parlé des pratiques à adopter avec les transformations qui surviennent aussi dans le milieu des entreprises, etc. Ce que je retiens le plus ici, c’est l’aspect humain des rapprochements causés ou provoqués par ces technologies qui doit primer. Ça rejoint une des choses gazouillées la veille: les réseaux sociaux sont le côté humanisant de la technologie qui s’impose de plus en plus ! Et ça, selon moi, c’est une bonne nouvelle.

Par la suite, une table ronde réunissant quelques travailleurs ou étudiants appartenant à la Génération C. C’était bien, mais il y a eu quelques flous (révélateurs toutefois) concernant entre autres les syndicats. On s’est vite rendu compte que les syndicats sont plutôt mal vus par les gens GenC présents dans ce panel, soit par ignorance de la réalité syndicale, soit par manque de ressources pour rejoindre ces gens-là de la part des syndicats. Juste avant, j’avais envoyé un courriel à mes instances syndicales (La présidente et le VP de mon syndicat), juste pour leur mentionner qu’on est dû pour une bonne conversation concernant l’utilisation des technologies pour rejoindre tous les travailleurs de ce syndicat: l’ère du fax est terminée, réseautons tous ces gens ENSEMBLE ! Et changeons certaines façons monolithiques de concevoir les horaires de travail: toute une … réforme (!) à venir…

Un atelier sur l’éducation suivit. Hélène Martineau m’a beaucoup déçu, avec sa feuille de papier, touffue de petits caractères (Mes yeux sont “Génération X”, malgré mon comportement plutôt C ;-)), de sorte que j’ai décroché assez rapidement de son discours visant une intégration des technologies, alors qu’elle nous parlait d’utilisation simple, sans changement des pratiques pédagogiques ou presque, du moins dans sa façon d’amener ses propos… Utilisation du mot “intégration” à la place du mot “utilisation”. L’intégration suppose bien plus de transformations que ce qu’elle disait. Déception de la journée pour moi.

 

Kaçandre Bourdelais a été mieux, malgré l’imbroglio créé par Spaces (fonctionnalité parfois utile sur Mac OS X ;-)) dont les écrans ont tourbillonné d’intense façon en début de présentation.

 

Mario Asselin terminait avec un dynamisme et un ton volontairement provocateur concernant tous ces changements d’attitude nécessaires.

-En effet, Mario, et c’est pas moi qui va te contredire là-dessus, il faut parfois provoquer pour vaincre l’inertie de départ et cela est nécessaire: faut juste pas en rester là et tu le sais encore bien mieux que moi. Alors il nous faut forcer un peu sur l’énorme structure en place, question de la mettre en mouvement et espérer que le paquebot prenne le virage à temps !

On terminait le tout par un panel sur la sécurité des réseaux informatiques, sécurité nécessaire, mais presque toujours ultra-mal utilisée, car elle paralyse bien des initiatives et bien des co-constructions et autres collaborations. Bref, une sécurité souvent castrante, faite de censure arbitraire décidée par des services informatiques aux pouvoirs trop grands, qui ne sont plus au SERVICE des organisations, mais qui plutôt font des SÉVICES. Ça fait longtemps que je le dis, et j’étais donc heureux de trouver un appui chez plusieurs personnes présentes. On a tout un chemin à faire comme réflexion et ACTIONS à ce sujet dans toutes nos organisations.

 

ParticipVersDevantFx

En terminant: quelques réflexions, liens que j’ai faits entre certaines idées, etc. Comme toujours ici, c’est un work in progress constant, et j’aime ça comme ça.

1-Diffusion Twitter en direct et sans filtre sur écrans géants pendant les conférences et les tables rondes du colloque:

-merveilleuse idée, tellement Web2.0 ! Et en même temps grande ouverture des organisateurs qui acceptent ainsi de ne plus contrôler l’information. La démocratisation de l’information passe par là.

-Et si quelqu’un exagère, n’ayez crainte, c’est arrivé (!), alors la foule se charge de modérer la personne en public, très directement, celle-ci devant rapidement comprendre qu’elle est de trop si ses propos n’ont pas de sens avec ce qui est dit, ce qui n’est pas une question d’avoir ou non le sens de l’humour (facteur évoqué par le spammer pour tenter de se sauver la face, à mon avis), mais plutôt d’utilisation d’un service ouvert pour diffuser à tous ceux qui ne peuvent être là nos réflexions et notre co-construction en direct. Bel exemple d’intelligence collective à l’oeuvre ici !

-Cette diffusion m’a aussi permis de questionner ce que j’entendais, entre autres de la part de la ministre responsable des Services gouvernementaux au Québec, services qui font parfois pitié, faute de renouvellement des interfaces ou de contraintes fortement imposées aux développeurs lors de l’élaboration de celles-ci. Mario en a parlé et Denis François Gravel l’a très bien immortalisé dans cette photo, merci Denis François !

Denis François Gravel

Denis François Gravel

-Parlant de cette photo: on m’a presque accusé (sans me connaitre et sans savoir qui a envoyé ce gazouillis)  d’être un m’as-tu-vu , dans le 5e commentaire chez Mario (voir ce billet): je demanderais à cette personne si elle est visible sur le web ou pas, ce qui aiderait à comprendre… (et le ferai sur le blogue de Mario) en premier lieu, et lui dirai aussi que j’ai pesé le pour et le contre avant de diffuser, mais que je ne peux m’empêcher de bousculer un peu les paradigmes en place qui paralysent l’action, et parfois la démocratie elle-même ! Alors j’assume entièrement le rôle que je me suis donné à ce moment, sachant que je suis capable de nuancer mes propos par la suite et de m’expliquer à qui me le demandera 🙂

 

2- Génération C, une question d’âge, vraiment ?

-Premier constat: certains “C” se passaient des commentaires sur … du papier ! … et certains X gazouillaient à qui mieux mieux – dans mon cas, j’ai embarqué dans la dynamique à fond… (Parait même que j’ai gagné un concours dont je ne savais absolument rien, étant celui qui a le plus gazouillé… assez loin devant un certain Félix bien connu !)

Il y a donc des X et des Y qui ont intégré pour plusieurs toutes les facettes d’une technologie…

Parlant des Y, certains se sont sentis plus ou moins coincés entre l’âge théorique des X (Pour une fois que ce ne son tpas les X coincés entre les BabyBoomers et les Y ;-)) et l’âge théorique des C, selon les chiffres de l’étude du CEFRIO.

Au fil de mes réflexions gazouillées, j’ai fini par en conclure que, peut-être bien que oui, en majorité, les C sont plus jeunes que les X ou les Y, MAIS, et c’est primordial comme approche, il y a des gens de tous âges qui ont intégrés ou qui intègrent les technologies et qui s’en servent sous une forme dite collaborative, etc.

Ce changement d’approche permet de ne plus isoler les générations entre elles, mais plutôt de favoriser le réseautage intergénérationnel le plus possible, et ça, j’adore !

On parlera donc plus d’un changement important de mentalité, plutôt que d’un inutile et stérile conflit intergénérationnel dont la polarisation paralyse plutôt qu’elle ne fait avancer ! C’est évident que tous n’ont pas suivi les technologies et que tous ne les adopteront pas de façon uniforme, mais comme disait Roberto : «Les banques n’ont pas attendu que ma grand-mère soit prête avant d’implanter (voire même d’imposer) les guichets automatiques !»

Alors vive les C, peu importe leur âge 😉

 

3-Éducation et intégration véritable des TI(C)(E)(S) –

(le S étant de François Guité, signifiant le côté Social des TI, j’y reviens plus loin…)

En éducation, on parle souvent d’intégrer les TI ou les TIC (ou encore les TICE (encore une lettre de plus !) en France, là où on parle plus longtemps, parait-il ;-)) Mais souvent, on confond la simple utilisation des TI avec une intégration véritable, qui suppose, elle, une démarche pédagogique complètement revisitée, un changement complet de paradigme en d’autres mots !

Pour intégrer, avec tout ce que ça implique, les TI à l’éducation, il faut cesser (les profs, comme tous les autres aussi) de considérer les profs comme les détenteurs absolus de LA connaissance.

Avec l’avènement de l’imprimerie, on a démocratisé la lecture (Ça aura pris quelques siècles, mais bon…) Avec l’avènement des TI (qui date d’un peu plus de 10 ans à peine, si on considère l’implantation sur une plus large échelle d’Internet), on démocratise la connaissance ET la production de contenu. Par là même, on démocratise encore plus le pouvoir, ce qui fait forcément (très) peur à ceux qui le détiennent dans un système dit traditionnel où on peut à peu près tout contrôler…

Tous ne sont pas prêts à prendre ce nouveau pouvoir qui se glissent entre leurs mains (au bout des doigts sur un clavier !). Mais les profs, les éducateurs, ceux qui forment les gens qui oeuvreront dans le futur, eux, ont TOUT un rôle à jouer dans cette galère: celui d’éveiller à l’esprit critique, celui d’aider à se construire chacun une façon de penser, et se développer des aptitudes pour préciser et bien exposer cette pensée, sachant combien les perceptions peuvent devenir écran de brouillard à l’expression de sa pensée !

 

4-Technologies et humanité

-Le développement des réseaux sociaux a non seulement multiplié “à l’exponentielle” le nombre d’adeptes des technologies, mais (et l’un ne va pas sans l’autre à mon avis) a humanisé ces technologies qui, autrement, seraient restées un “truc de geeks”, un truc pour spécialisés en informatique, tout simplement. L’approche de plus en plus user friendly des technologies ne suffisait pas. Il aura fallu susciter les échanges, reproduisant ainsi des comportements humains, les extensionnant en quelque sorte, pour que les technologies se répandent à ce point… et qu’elle suscitent en même temps d’autres façons de faire peut-être pas si différentes, hormis qu’elles soient devenues complètement planétaires maintenant et qu’elles ont démocratisé bien des chasse-gardées… En gros, on a annihilé la dichotomie entre ce qu’on appelait le réel d’une part et le virtuel de l’autre. Voilà l’essentiel du changement qui remet en question beaucoup de façons de faire: on donne le contrôle à tous, il faut alors éduquer à ce pouvoir, sinon, l’anarchie complète nous guette et c’est aussi ce qui ferait peur à certains…

-En même temps, il faut arrêter d’utiliser les technologies selon l’ancien paradigme, celui du pouvoir des experts technologues ou technocrates qui décrètent souvent des barrières de façons arbitraires. La démocratisation de ce pouvoir est là pour rester, à nous de s’en servir à bon escient et de susciter la participation intelligente du plus grand nombre possible !

-Si l’éducation veut garder son rôle, il est grand temps d’AGIR. Le colloque aura été un tremplin nous permettant de réfléchir pour mieux passer à l’action ! C’est toujours mon objectif dans ce genre de perfectionnements. Et j’ai embarqué dans le train de ce colloque complètement, gazouillant intensément les liens que je faisais avec ce que j’entendais, etc., tout en échangeant avec des personnes présentes.

L’ACTION ici commence par une mise en place de la transformation des mentalités tout autour de nous… Beau programme 🙂  GO !

 

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

MISE À JOUR : 2009-10-27–20h17

La vidéo réalisée par Chétikoi.tv, à propos de la Génération C
 

  1. Merci pour ton remarquable compte rendu. Et merci pour le travail de moine que tu as accompli afin de colliger l’ensemble des échanges sur Twitter concernant le colloque.

    – Denis François Gravel

  2. Merci de partager ce compte rendu! Les twittes m’ont donné la chance de participer au congrès au moins virtuellement.

  3. Bonjour Sylvain,

    Je suis bien content d’avoir accepté la proposition de Philippe Aubé, directeur du projet Génération C au CEFRIO, de te donner une gratuité pour le colloque pour ton implication en amont de notre activité.

    Si tous celles et ceux qui, en éducation ou ailleurs, participent à une activité s’apparentant à de la formation, poursuivaient d’une façon ou d’une autre leur réflexion en la partageant, je suis convaincu que nous améliorerions progressivement les gestes professionnels.

    C’est une belle contribution à notre colloque. Nous devons dans notre petite équipe poursuivre nos activités dans nos projets d’expérimentation. Il en va de notre survie car nous ne sommes qu’une OSBL qui, pour survivre, doit mener des projets avec des partenaires organisationnels et avec la collaboration de chercheurs.

    Cependant, en plus de mettre à la disposition du grand public la majorité des éléments que nous avons captés lors des séances plénières ou en atelier (plusieurs participants ont signifié qu’ils ne voulaient pas que leur présentation soient rendus visibles car elle contenait des éléments sensibles pour leur organisation) nous avons l’intention de travailler sur des actes du Colloque dont on ne connaît pas encore le ou les médiums que nous utiliserons pour les rendre disponibles. Plusieurs dimensions du Colloque mériteront la réflexion. Nous rassemblerons ces éléments puis nous déciderons des moyens les plus appropriés. Nous devrions aviser nos amis qui nous ont accompagnés dans les prochaines semaines.

    Ce fut pour nous au CEFRIO une expérience des plus concluantes alors que nous nous engageons dans des projets de recherche-expérimentation pour l’implantation du web 2,0 dans certaines organisations publiques et privées.

    Merci encore pour ta contribution. Et nous gardons le contact.

  4. Denis François et Danis : ça m’a fait plaisir de mettre cela à la disposition de tous: on réfléchit collectivement… intelligence collective très 2.0 😉

    Vincent : à part l’utilisation du mot gratuité (c’était plutôt en fait une réduction du prix d’inscription), je suis on ne peut plus d’accord avec tes propos 🙂
    Et, justement à cause de cette réduction de prix, je me suis senti redevable de m’impliquer à fond, sachant pertinemment que j’en serais le premier à en profiter amplement !

    Cette expérience a poussé le “2.0” un peu plus loin et c’est tant mieux. Reste aux organisations sensibles à se … sensibiliser un peu plus avec les nouvelles réalités collaboratives : pas évident à faire que ce changement de culture d’organisation… Je comprends.

    Au plaisir de collaborer à nouveau, par des projets ou autres…

  5. Salut Sylvain
    Heureux d’avoir fait ta connaissance au colloque, en fait, surtout pendant le souper.
    Penses-tu qu’il serait possible, qu’au lieu du lecteur Youtube, tu le changes par celui de Chétikoi? Tu pourras récupérer le code d’intégration à l’adresse suivante :
    http://www.chetikoi.tv/videos/play.php?id=146

    Disons que pour nous, c’est mieux, genre pour le traffic.
    Merci beaucoup et au plaisir de se revoir.

    Sébastien Dubois

  6. @Sébastien de Chétikoi.tv: le “embed” a été changé à ta demande… Ainsi que la référence vers le site de Chétikoi au lieu de l’adresse YouTube.

    L’explication est simple: soit que je n’avais pas lu encore sur Twitter que vous aviez placé sur votre site, soit que la vidéo n’existait que sur YouTube au moment où j’ai fait la mise à jour 😉

    Parlant traffic: j’ai dépassé le giga-octet de données, très très majoritairement causé par le téléchargement du PDF des tweets #GenC, PDF qui fait presque 22 Mo !

 
%d bloggers like this: