#Clair2017 – à distance

Clair2017LOGOEn cette fin de semaine, du 26 au 28 janvier, j’ai assisté (à distance, mais si près) à la 8e édition du colloque Clair, tenu au village du même nom (Pour un temps encore, puisque des fusions sont dans l’air, selon monsieur le Maire).

Clair2017, c’est un village entier (de 857 habitants) qui se mobilise pour accueillir plus de 325 personnes dans l’école du village (le CAHM), qui regroupe environ 200 élèves du village et de quelques villages aux alentours.

Clair2017, c’est un accueil ultra-chaleureux de ces gens, humains, profondément à l’écoute des autres, qui nous font entrer dans leur univers, un univers où il fait bon se retrouver. Comme une famille élargie.

LaboCreatifVisite
Allez, hop ! On va visiter l’école et parler à des élèves grâce au robot de téléprésence 🙂

Clair2017, ce sont 200 élèves qui nous font entrer au coeur de leurs apprentissages, de leurs projets, qui expliquent, enseignent à leurs visiteurs, qui partagent et collaborent. Avec le monde entier, au final. Ils sont notre avenir et ils y arriveront bien préparés. (Photos de la visite des classes sur le blogue de madame Josée)

Clair2017, ce sont les frontières qui tombent, les murs qui n’existent pas : à preuve, je m’y suis promené sans y être physiquement : une première pour moi ! Clair2017, c’est l’ouverture à son meilleur.

Clair2017, ce sont ces visiteurs de partout au pays, et même plus loin, qui prennent plaisir à se retrouver ou à se rencontrer pour une première, mais sûrement pas une dernière fois.

Clair2017, ce sont toutes ces forces et ces équipes, fédérées par Roberto Gauvin, le directeur de l’école et instigateur de ce grand rassemblement il y a déjà presque 8 ans de cela. Il nous avait convaincus, nous, les pédago-tweeteux de la première heure à l’époque, qui voulions changer le monde. En éducation d’abord, le reste suivrait.

Clair2017, c’est finalement cette formidable énergie (dont j’ai parlé l’an dernier), ce fantastique élan qui nous est donné, afin de pouvoir poursuivre dans nos voies pédagogiques, à préparer le monde de demain, avec les outils d’aujourd’hui, et les compétences nécessaires qui doivent être développées.

Clair2017, ce fut aussi une prise de conscience, amenée entre autres par ce tweet de Sylvain Desautels : après 8 éditions, il est temps d’élargir encore plus nos horizons, d’influencer encore plus de gens, plus de décideurs aussi, afin d’arriver au 21e siècle avant que la moitié ne soit déjà passée. Pour cela, nous devrons convaincre nos dirigeants qu’il est temps d’apporter une sérieuse évolution à notre système d’éducation. Une évolution dépourvue de guerre de clochers, dépourvue de silos tous plus “castrants” les uns que les autres. Plus que jamais, il nous faut réseauter, réseauter TOUT le monde sans exception, suivre l’exemple donné par Clair où chacun s’implique avec toutes ses forces. Déjà, le ministre québécois de l’éducation, Sébastien Proulx, a écrit sur Twitter qu’il attend notre invitation pour Clair2018. En tant que membre du comité organisateur, j’ai noté cette attente avec de l’«encre» indélébile. De plus, Alain Fortier, le président de ma commission scolaire (pourtant représentée sur place que par 3 personnes : 4 si je m’inclus, même si «à distance») nous a aussi fait un petit “coucou” sur Twitter avec le slogan de la CS : il suivait donc le colloque, au moins en partie. Que diriez-vous, monsieur Fortier, d’assister à Clair2018 avec une grande équipe de dirigeants, de directions d’école et de pédagogues (CP, enseignants, etc.) de notre commission scolaire l’an prochain ? Mon invitation est lancée 🙂 Ensemble, devenons leaders de l’éducation d’aujourd’hui pour un meilleur monde de demain*.

Assister à l'enregistrement de LaSphère en direct :-)
Photo par Martin Lessard, je crois, pendant l’enregistrement de LaSphère (émission du 28 janvier, enregistrée la veille à Clair2017).

Cette année, même si je ne pouvais me rendre physiquement à Clair, mon coeur y était totalement, pendant les 3 jours. Mes doigts étaient actifs (hyperactifs, diront certains!) sur le clavier de l’ordinateur, via le canal Twitter de l’évènement. Et Roberto me fit un immense cadeau en me donnant un accès au robot de son école. Grâce à ce robot de téléprésence, j’ai pu me promener, littéralement, dans l’école, parmi les participants, me permettant de vivre en partie ce que je considère comme un essentiel à Clair, converser avec les participants, retrouver des amis, des pédagogues qui m’allument, qui m’inspirent professionnellement, qui m’alimentent. Bien sûr, je n’ai jamais pu avoir toutes les conversations que j’aurais pu avoir en étant pleinement présent physiquement, mais disons que ça a rendu mon absence plus facile à accepter.

L’an prochain, si je respecte la périodicité qui semble s’être installée depuis 2012, je devrais y être physiquement. 🙂

Alors pour toutes ces raisons : il FAUT aller à Clair, c’est un incontournable : je le dis depuis 2010 et ma pédagogie en a grand besoin, mon humanisme aussi. Entrez dans la danse et allons faire un tour en 2018, accompagnés de nouvelles personnes à qui il faut faire connaitre ces voies d’avenir qu’on voit déjà dans l’aujourd’hui de Clair.

 

*En ces temps troubles, à la suite de l’horrible fusillade qui a eu lieu presque dans la cour de mon école, ces mots, pensés en fin de semaine, revêtent un sens d’autant plus chargé et font ressortir l’urgence de construire des ponts au lieu de s’enfermer dans des silos ou des idées noires qui, tournées en boucle, finissent par détruire au lieu de bâtir.

 

P.S.: Quelques post-scriptums 🙂

Merci à “toute la gang” du comité de programmation : les courriels qu’on s’échange tout au long de l’année nous permettent de bâtir ensemble un colloque apprécié chaque année. Continuons d’être à l’affut. Quant à ceux qui me lisent, ne vous gênez pas pour nous faire vos suggestions !

Merci encore à Roberto pour la disponibilité du robot de téléprésence !

Merci aux gens de Clair et du CAHM pour leur implication et leur accueil merveilleux. J’ai hâte de vous revoir, car après avoir vu Clair et le CAHM, on est attaché pour toujours, je crois !

Merci à toute l’équipe de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston pour leur infatigable travail qui nous permet d’avoir la webdiffusion chaque année. Pour ceux à distance, dont j’étais cette année, c’est un service essentiel, comme je l’ai écrit sur Twitter. Merci Jocelyn, Denis et tous les autres que je ne connais pas personnellement !

Merci à tous les participants, et vous étiez nombreux cette année (un record !), pour avoir partagé sur les réseaux sociaux, les rendant ainsi beaucoup plus utiles et agréables à vivre, tout en nous faisant avancer dans notre réflexion de la pédagogie d’aujourd’hui et de demain !

Quelques photos, en bonus !

Conversations avec le robot, dont une avec fistons (on n’en voit qu’un à l’écran à ce moment…

Manon-RobotSB
Rencontre avec Manon Richardson
AlexisAClair
Juste avant le souper “Poulet BBQ” : conversation avec Jocelyn et Patrick… et les fistons.
TchinTchin
Un petit verre et une conversation… comme si j’y étais, ou presque.
SpectacleMusique
Marc-André et Chantale, des amis de longue date de Clair et enseignants de musique au CAHM et ailleurs, dont j’ai pu écouter la prestation quelques moments.
LaSphere-Enregistrement
Vendredi midi, 27 janv. Enregistrement de l’émission LaSphère du samedi 28.

Être réseau

social-networkingÇa fait longtemps que je nourris une forme de réflexion (dans l’action) sur et à propos des réseaux sociaux. Ça fait longtemps que j’ai personnellement choisi la ligne du compte unique, où je suis moi-même en tout temps. Par exemple, sur Twitter, je diffuse, parfois beaucoup, lors de colloques où j’ai la chance d’être présent, question d’alimenter les absents, je diffuse parfois dans le cadre de ma profession, en partageant de l’information, ou encore en échangeant, en discutant avec d’autres collègues éducateurs, et enfin, parfois à titre personnel, juste pour jaser!

Tout ça avec le même compte : ce que j’appelle (pour moi, mais je respecte les choix différents du mien) la schizophrénie web, non merci, pas pour moi.

Et ainsi, au fil des ans — j’étais sur les babillards électroniques (Agora, les plus vieux se souviendront) dans les années 90, puis sur la blogosphère, twittosphère, etc., depuis 10 ans —, je me suis bâti un réseau sur le web.

Avec la mort de Jean Lapierre et avec tous les témoignages qu’on a entendus, tous empreints profondément de l’émotion innommable des circonstances de la tragédie tout aussi innommable, j’ai nourri ma réflexion à propos de cet homme très apprécié (et cette appréciation n’est pas du “fake posthume” qu’on voit parfois à la mort de certains!). Il m’apparaît clairement que Jean Lapierre, fortement présent sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook), était vraiment un gars de réseaux. En fait, les réseaux sociaux, pour lui, n’ont été que la continuité de son réseautage amorcé et construit depuis des décennies, en étant simplement proche des gens, les “petits” comme les grands. Ce genre de réseau se construit une personne à la fois, de façon authentique et sincère. Ma conclusion est qu’un tel réseau ne peut se construire sans qu’on s’intéresse profondément aux gens qui composent et qui forment ce réseau, un tel réseau ne peut exister sans ce que je nomme les échanges véritables et humains.

NetworkingEt ça m’a naturellement amené à la façon avec laquelle les “gestionnaires de communautés” —comme le veut le titre consacré à cette fonction de plus en plus présente dans les entreprises— sont parfois présent sur les réseaux sociaux. [Ici, je me dois de souligner le très bon texte de Sylvain Grand’Maison où il aborde cette question, principalement son point 2]. Quand tu es présent sur les réseaux sociaux juste pour faire ton “pitch” de vente, sans jamais échanger avec les gens, quand tu ne fais que diffuser tes lignes et tes phrases pré-écrites, ne t’attends pas à développer un réseau signifiant. Il y a peut-être quelques méga-vedettes qui peuvent parfois le faire et être suivies par des milliers de personnes, mais encore ici, on ne parle pas d’échange et de discussions avec les gens. Ça reste alors une “machine” qui débite son information à coup de 140 caractères à la fois, mais on ne peut pas parler de véritable réseau. Dans un véritable réseau, les mots, les informations, les opinions, les discussions circulent dans les deux sens. Si tu veux bâtir un vrai réseau, implique toi, échange avec les gens, les êtres humains, sois toi-même, authentique, vrai, point final. Alors pour une entreprise, ça peut vouloir dire que la personne responsable de la communication aux réseaux s’implique plus, en défendant bien sûr la ligne de pensée de son entreprise, oui, mais il faut alors qu’elle y croie, qu’elle y adhère et qu’elle s’implique en tant que personne humaine, qui échange avec d’autres humains. J’ai déjà croisé sur les réseaux de telles personnes, mais pas en si grand nombre que ça, parmi les gens de communications !

Pour en revenir à Jean Lapierre, en terminant, je dirais que sa façon de faire réseau, sa façon d’être en réseau est que, finalement, l’homme était réseau. Être réseau tout court. Personnellement, j’en retire une sorte de “modèle” que j’apprends à connaître à titre posthume (je n’ai malheureusement jamais rencontré ce personnage qui n’en était pas un, parce que vrai en tout temps), et qui me montre que, finalement, je pense avoir choisi la bonne route en privilégiant constamment le contact humain avant toute chose, sur les réseaux sociaux comme dans la vraie vie.

P.S.: Mes sympathies aux gens de la famille Lapierre qui restent, ainsi qu’à ses (nombreux) amis…

#Clair2015 — LE colloque à ne pas manquer, même à distance !

…même si ce n’est pas pareil d’être sur place !!!

Les 29-30-31 janvier dernier, se tenait dans le village de Clair au Nouveau-Brunswick, la 6e édition de ce colloque international devenu très rapidement un incontournable pour quiconque se préoccupe de faire entrer l’éducation dans le 21e siècle avant que le 22e siècle ne commence (phrase entendue à #Clair2014 ;-)). Un seul et unique thème : Voir l’éducation autrement ! Et au fil des ans, force m’a été de constater que les gens de cette école savent vraiment y faire en terme de voir autrement 🙂 !

Déjà, une pléthore de billets ont été écrits à la suite de ce colloque si spécial où toute l’école (élèves, enseignants, direction, parents) et tout le village de Clair (ou presque!) se réunit pour nous faire vivre une expérience formatrice, enrichissante, nourrissante, primordiale, même.

Comme je vivais l’évènement à distance cette année (comme en 2013), j’ajoute mon grain de sel de celui qui a dû vivre le tout de loin, tout en me sentant si près de temps en temps, malgré tout.

En effet, on peut suivre Clair à distance, via la webdiffusion des conférences (elles sont maintenant répertoriées ici). On peut aussi interagir avec les participants sur place grâce au fil Twitter de l’évènement, ce dont je ne me prive jamais, pour ceux qui me connaissent, que je sois sur place ou non ! Ainsi, j’ai eu beaucoup de plaisir à écouter les conférences, que j’ai beaucoup appréciées, même si parfois je devais laisser quelque temps mon ordi pour vaquer à d’autres occupations. Une chance qu’on peut réécouter assez rapidement (selon le temps qu’on a de disponible).

clair2015-pedagogie-cahm-technologie-colloqueLes colloques à Clair, c’est devenu comme une source où je dois aller puiser chaque année, question de me ré-énergiser pour l’année qui suit ! Une sorte de nourriture essentielle ! Il y a plusieurs façon de faire le plein d’énergie, de faire le plein de pédagogie.

Il y a d’abord les conférences, où la réflexion se fait, où les idées fusent, où les liens se font, dans nos têtes attentives. Nourriture pour l’esprit très souvent.

Il y a les témoignages, où l’inspiration passe en même temps que le courant, où les idées fusent encore, où le coeur embarque aussi. Nourriture pour l’esprit et le coeur alors.

Puis il y a la visite de l’école, où l’allumage se fait, où l’inspiration déborde, où l’envie de tenter des trucs, de faire des projets nait ou se poursuit. Cette visite ne peut se faire à distance : ça m’a manqué.

clair2015-pedagogie-cahm-technologie-colloque-002-620x348Mais ce qui m’a encore plus manqué, ce sont tous ces échanges informels où ce ne sont pas juste les neurones qui tournent à “spin” dans notre tête, mais où tout notre coeur et tout notre être s’engage dans la pédagogie du “voir l’éducation autrement”. Lors de Clair2013, n’étant pas présent physiquement, j’avais quand même réussi, avec 3-4 autres personnes, à faire un “hangout”. On avait alors jasé une heure ou deux : échanges informels en parallèle à Clair, car on s’ennuyait fortement de ne pas y être. Cette année, il n’y a pas eu ce hangout de consolation. Alors le groupe, la gang, les échanges m’ont profondément manqué. Bien sûr, il y a eu le fil Twitter (plus de 9000 tweets, cette année, un record absolu ! Tout comme l’assistance : environ 300 personnes.). Mais le fil Twitter seul ne peut réfléter toute la richesse des échanges, des discussions, des co-constructions de projets, du brassage d’idées qui peut se faire à Clair pendant ce 48 heures intensif !

Alors merci à tous pour vos partages. Ils sont hyper-importants pour nous qui ne pouvons parfois nous rendre là-bas et qui devons suivre à distance. Quand on y est déjà allé d’autres années, on sait en plus le “gros morceau” qu’on perd en n’étant pas sur place. Vous êtes donc nos sauveurs et vous nous donnez une partie de ce qui se passe à Clair et dont on peut profiter à distance, même si on sait que ça demeure imparfait par rapport au fait d’y être à 100% 🙂

Et en espérant très fortement pouvoir vous rencontrer (à nouveau pour plusieurs) en 2016 🙂

Frustration en saignant — TIC dans les écoles (mis à jour)

Retour au travail agréable le lundi 5 janvier dernier : je revois avec plaisir les collègues et, après les épisodes de rhume-grippe de ce monde qui frappèrent solidement plusieurs d’entre nous pendant les Fêtes, je me sens un peu mieux…

Puis la nouvelle tombe : les appels d’offres, concernant l’achat de matériel techno-pédagogique, que j’attends personnellement depuis août dernier (procédures d’achat retardées au 1er décembre pour le dépôt de l’appel d’offres, etc.), ont été bloqués ! QUOI ? Qu’est-ce que c’est que ça ? Non, mais… Etc. Tout ça me lève le coeur, me monte à la gorge, j’ai envie de crier de désespoir, mais que puis-je y faire, tout se passe si haut et si loin de nous, pauvres mortels sur le plancher des vaches 🙁

Et hop, on re-re-re-re-re-retarde encore et encore et encore des projets qui pourraient motiver nos élèves souvent en difficultés, les aider à réussir par delà cette motivation, etc. Tant de choses re-re-re-re-reportées. Frustration. J’en saigne… (D’où le titre, vous l’aviez deviné.)

Tout ça s’ajoute à un cocktail d’annonces plus pessimistes les unes que les autres qu’on nous avait poivrées juste avant Noël… Ça finit par faire lourd à digérer, tout ça.

– – –

max20eSiecleAlors, tout en exprimant quand même, sur le coup, un tout petit peu mon immense frustration sur les réseaux sociaux, je me suis aussi questionné publiquement : je voulais savoir pourquoi ce blocage ? Qui a bloqué ? D’où vient ce blocage ?… Parce que sans l’info, on peut imaginer un paquet de choses allant des lobbys puissants visant à imposer un produit quelconque (et dont souvent personne SUR LE TERRAIN ne veut) jusqu’à une procédurite aigüe provenant de l’immense structure souvent perçue comme castrante pour quiconque a des projets et veut les réaliser pour cette génération-ci d’élèves…

Aussi, je suis bien content que des gens aient eu l’idée de creuser le dossier. Il y a d’abord eu un billet de blogue de Mario Asselin qui faisait état de cette source d’information du CCSR (Centre collégial des services regroupés), centre par lequel on est cette fois passé pour cet achat de masse, laquelle info n’est pas très explicite et qu’on peut plus ou moins bien interpréter. Par exemple, en voyant une petite liste de 4 modèles ou types de tablettes, on pourrait déduire à tort que seuls ces modèles sont admis, et on ne connait pas tous très bien ces modèles… ou bien le milieu n’en veut tout simplement pas ou n’en a jamais fait la demande…

Puis, en jasant ici et là, au moins deux personnes, plus ou moins explicitement selon le cas, m’ont mis sur une piste tout aussi intéressante que déplorable : il y aurait eu des problèmes dits techniques avec la procédure d’appels d’offres et de soumissions. Mais alors de quel côté est le bogue ? me suis-je demandé. Les formulaires d’appels d’offres auraient été mal remplis ? Une source m’a alors dit que c’était une grande compagnie* qui aurait volontairement introduit des bogues techniques sur les formulaires de soumissions envoyés au CSSR, pour soi-disant protester contre la lourdeur de la procédure.

Cette information devait être “confirmée”, sans toutefois qu’on nomme la compagnie, par Yves Therrien le lendemain, dans son article paru dans Le Soleil du 9 janvier dernier.

Et là, mon questionnement se fit encore plus grand : mais pourquoi ? Pourquoi “casser du sucre” sur nos pauvres dos déjà surchargés par les lourdeurs du système, par la tâche, par les dernières nouvelles de nos dirigeants politiques qui ne savent pas vraiment ce qu’on fait réellement sur le terrain, qui nous abreuvent d’inepties en ces temps d’austérité, laissant planer le pire pour l’avenir de NOS enfants ? Etc. Et surtout, pourquoi mettre un frein à des projets élaborés pour ces enfants, afin de les aider à développer des compétences essentielles au 21e siècle dont le 1/6e est déjà passé, soit dit en passant ! Bref, la “folle du logis” s’est emballée un moment, le temps de me verser un café, de respirer un grand nombre de bouffées d’air, puis de (re)commencer à réfléchir.

Je comprends très bien que la procédure d’achat est d’une lourdeur incommensurable, ou presque. Il faut aussi dire que, depuis la saga scandaleuse des TBI payés bien trop cher, le gouvernement joue de prudence. Avec toutes les directives austères du Trésor actuel, il y a une raison de plus pour être frileux sur les achats. Je me suis même fait dire que la partie “contribuable” en moi devrait être heureuse, puisque “mon” argent était dépensé avec parcimonie et prudence, etc. Mais mon jupon de prof refusait de ne pas dépasser cette fois-ci, peut-être parce que ça fait trop d’années que j’attends de voir se concrétiser des projets qui me tiennent à coeur pour mes élèves et pour lesquels projets j’ai déjà investi beaucoup de mon temps et de mon énergie. Alors malgré que je comprenne la lourdeur de la procédure, que je comprenne qu’une grosse compagnie veuille probablement s’en affranchir et faire affaire directement avec les écoles ou les Commissions scolaires (CS), je déplore haut et fort que cette protestation de compagnie se fasse sur notre dos et qu’elle ait pour effet très pervers de tout arrêter encore une fois et que nous nous retrouvions devant rien OU PRESQUE.

J’ajoute “ou presque”, car, grâce à la bonne volonté de certaines personnes dans nos CS et dans nos écoles, des commandes plus petites (moins de 100 000$) pourront être passées et nous pourrons avoir UNE PARTIE de l’équipement requis pour la réalisation de certains projets. Par exemple, chez nous, ça devrait (au conditionnel—voir MISE À JOUR ci-dessous) être le tiers de l’équipement prévu. Concrètement, je ne sais pas encore comment ça pourra se réaliser : faire moins de projets parce que équipement moindre, rendre l’équipement plus mobile d’une classe à l’autre (avec les contraintes de réservations et de déplacements du matériel entre les pavillons…),  privilégier un projet dit plus important au détriment des autres projets. Bref, vous voyez allègrement le genre de choix déchirants qui seront à faire, tout ça si une autre brique ne nous tombe pas sur la tête entretemps, car on ne sait jamais en ces temps incertains.

Pendant ce temps, tempus fugit, comme on dit. Et comme je le disais plus tôt, après toutes ces années à attendre (activement, mais attendre quand même, avec des “en-attendant”**), après toutes ces déceptions accumulées, après que le 1/6e du 21e siècle soit passé déjà sans que l’intégration des TIC, presque omniprésente dans les sphères de notre société, n’ait toujours pas vraiment franchi le seuil des écoles***, après tout ça, donc, je me demande sincèrement si nous allons finir par entrer dans le 21e siècle quand les calendriers seront rendu… au 22e !

MISE À JOUR : 2015-02-16 :

1/3 de la commande prévue est arrivé depuis plus d’une semaine. Il y a eu bogue concernant les étuis des iPad : la commande de ces étuis a dû être reprise… Malédiction, dirait mon collègue. Le problème est sur le point d’être réglé, cependant.

Beaucoup de gens ont travaillé fort afin de concrétiser le tout, mais des obstacles demeurent. Comment, par exemple, gérer l’utilisation d’un charriot de plus de 150 lbs qui ne sera pas transportable d’un étage à l’autre (escaliers seulement)? Comment procéder pour réserver ledit charriot ? Etc.

Ça avance, au moins… c’est ce que je me dis. Et me répète.

——————————————————

*Certaines sources m’indiquent le nom de LA grosse compagnie, mais je ne la nommerai pas…

**Les “en-attendant” dont je parle, c’est pallier le manque d’équipement :

  1. en continuant d’aller au laboratoire d’informatique (façon de faire un peu “années 1990” pour “pratiquer” les TIC au lieu de les intégrer vraiment, au quotidien)
  2. en demandant aux élèves qui ont leurs appareils de les apporter et de se relier au sans fil (une chance, dans ma CS, au secondaire du moins, nous avons un bon réseau). Ceux qui n’ont pas d’appareil doivent alors se jumeler à quelqu’un qui en possède un.
  3. en demandant aux élèves de faire des trucs chez eux, avec les équipements disponibles à la maison. Évidemment ici, pour ceux qui peuvent…

***Par contre, dans les écoles privées, les tablettes entrent actuellement en grand nombre, ces écoles n’étant pas soumises au même règles que les écoles publiques qui, regroupées en CS, forcent la procédure d’achats, ceux-ci dépassant alors facilement les 100 000 $ fixés comme limite. De là à dire que le gouvernement avantage le privé, il n’y a qu’un pas… que je ne franchirai pas (pas tout de suite !).

Clair2013 — 4e édition de Voir l’éducation autrement

Cette année, du 31 janvier au 2 février 2013, se tenait la 4e édition de l’évènement-colloque-barcamp, baptisé Clair2013, voir l’éducation autrement.

Cette année, malheureusement et pour plusieurs raisons, j’ai dû suivre à distance, même si je fais pourtant partie du comité organisateur du colloque… Il m’était donc pénible de ne pas revoir en personne ce groupe de passionnés, d’en connaitre des nouveaux (il y en avait plusieurs cette année, une majorité selon mes sources plus que fiables !), d’échanger sur la pédagogie d’abord (et les technologies ensuite) avec cette gang de gens allumés et innovateurs.

J’ai suivi les conférences grâce à la webdiffusion, superbement orchestrée par Jocelyn Nadeau (@jocenado) et toute son équipe de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE). Au moins, pendant ce temps — et lorsque Roberto Gauvin (@gauviroo), le directeur du CAHM, l’école où a lieu l’évènement, mentionnait quelques tweets en provenance de ces gens qui, comme moi, suivaient le tout de l’extérieur — on avait l’impression d’y être un tout petit peu.

Ce que je retiens du colloque, ce sont bien sûr les conférences où j’ai découvert, par exemple et très en vrac, le concept de feed-forward (en complément à feedback), où Darren Kuropatwa nous a livré une magnifique conférence pédagogique sur le concept d’histoire personnelle portée par chacun, où Sébastien Stasse nous a montré jusqu’où peut aller la technologie dans un futur assez proche. Voire étourdissant, même. Etc.

Ce que je retiens aussi, c’est le sentiment de manque… En n’étant pas présent physiquement, beaucoup de choses m’ont manqué. Beaucoup. Beaucoup de choses, mais aussi beaucoup manqué… Et je ne parle pas des ployes (!), car pour ça, j’ai reçu un colis de l’ami Roberto 🙂 Ce qui m’a manqué, outre la visite des classes et le contact avec ces élèves aux yeux brillants de découvertes, ce sont bien sûr les gens, les échanges informels qui fusent de partout lors du “vins et fromages”, ou de la visite des classes, par exemple. À ces moments, à travers les méandres imprévus de ces conversations spontanées, naissent et se tissent de ces liens superbes qui deviennent parfois des amitiés, parfois des inspirations professionnelles, parfois les deux, et beaucoup plus encore. À travers ces échanges, se construisent des réseaux qui nous mènent souvent beaucoup plus loin qu’on n’avait osé l’imaginer au départ. De ces merveilles-là, je me suis ennuyé. De l’énergie que ça nous donne pour continuer courageusement (clin d’oeil à Ron Canuel ici) à innover aussi. Du sentiment d’isolement auquel on est parfois confronté également…

Avec Gilbert Olivier, Marie Germain, Stéphane Brousseau et moi ;-)Et parmi les gens à distance, je pense ne pas être le seul à avoir ressenti ce genre de choses. À preuve, le vendredi soir, nous avons été 4 (et nous avons failli être plus, n’est-ce pas @Prof_Blain ? 😉 (entre autres)) à se faire une petite séance de Google+ Hangout (une sorte de vidéo conférence à plusieurs, que je testais pour la première fois avec mon ami Stéphane Brousseau, et qui s’est avérée très performante 🙂 )

Voilà donc une des 100 raisons, une que je connaissais, mais que j’ai vécue pour la première (et j’espère dernière) fois, une des 100 raisons pour ALLER, en personne, à Clair !

À venir dans un futur billet : les tweets de Clair2013, compilés par Stéphane Brousseau, Patrick Drouin et moi-même pendant le colloque et après aussi. Je viens de finir, en date du 1er mars 2013, d’ajouter à mon fichier. La correspondance sera faite avec le Google Doc de Stéphane, grâce aussi aux bons soins de Patrick, je tiens à le dire aussi 🙂 Travail d’équipe : merci les gars !

Enfin, pour terminer, quelques photos que j’ai prises !!! Eh oui, Roberto, malgré mon absence, j’ai pris quelques photos, via la webdiffusion : captures écran, donc 🙂

Jeudi soir : Thierry Karsenti s’adressant, de Montréal, aux gens réunis à Clair2013.

©Sylvain Bérubé 2013

Vendredi après-midi : Darren Kuropatwa pendant sa conférence.

© Sylvain Bérubé 2013

Vendredi soir : Ewan McIntosh pendant sa conférence… À ce moment, le petit était sur moi, devant l’ordi et, à la fin de la conférence, en entendant les gens applaudir, il s’est mis à applaudir lui aussi 🙂 Ton plus jeune fan, Ewan 😉 Même pas 2 ans !

 

©Sylvain Bérubé 2013
©Sylvain Bérubé 2013

Vue de la foule – vendredi soir.

©Sylvain Bérubé 2013

La bulle de mots les plus utilisés sur Twitter, pour le mot-clic #Clair2013. Merci à Patrick Drouin pour avoir créé et rendu disponible cette page.

©Sylvain Bérubé 2013

 

Note à Sébastien Stasse : je n’ai publié ici que les photos prises au moment des évènements (live). Pendant ta conférence, je travaillais ailleurs, alors il me faut passer par la webdiffusion pour insérer une photo de ta conférence : alors voici 🙂

©Sylvain Bérubé 2013