Génération C

Drôle d’ordre alphabétique que cette catégorisation des générations. Après les X qui ont plus ou moins 36-45 ans, il y eut les Y qui ont 25-35 ans environ.

Puis il y a les… C. Pas les Z, mais les C. C comme Computer ou Clic, en anglais, ceux qui sont nés avec Internet, ceux qui Collaborent, qui Coopèrent, qui Créent ensemble, le tout avec les technologies qui les aident à produire du contenu. Voilà pour le, ou plutôt les C !

Le CEFRIO organise un colloque qui promet d’être fort intéressant sur la nouveauté qu’apporte cette génération, sur les transformations qui surviennent et les évolutions (ou révolutions, c’est selon) qui viennent inévitablement dans une société en constant changement.

L’éducation, elle, doit s’ajuster. Ça ne veut pas dire qu’on fait table rase de tout ce qui se fait (et qui, parfois, fonctionne bien !), mais il nous faut aussi être conscients des transformations, des mutations qui arrivent, souvent plus vite qu’on le pense, tout en mesurant si possible les impacts qu’elles ont et auront sur la société à venir.

On dit souvent que l’avenir se joue maintenant, d’où l’importance de cette prise de conscience qui orientera nos actions dans ce nouveau paradigme.

On ne peut pas continuer sans rien changer. Ce serait jouer à l’autruche et ce serait complètement inutile, voire même stérile comme attitude.

Mais pour passer à l’action, on se doit de tenter de connaitre le mieux possible dans quoi on s’embarque, afin de ne pas gaspiller nos énergies, déjà fort précieuses et rares, dans d’inutiles tentatives. Mieux orienter notre action, donc.

C’est pour ça que je voulais tant m’inscrire à ce colloque et que, en bout de ligne, j’ai pu y accéder, grâce en partie à une réduction des tarifs de la part du CEFRIO (Merci !) et grâce à un budget Perfectionnement de mon école (Merci aussi !). D’ailleurs, un membre de la direction m’a gentiment mentionné, avec le sourire sincère : «Les journaux, c’est bien, mais les retombées ici directement, c’est encore mieux !» J’ai compris le message… et j’espère qu’on écoutera, quand j’aurai les résultats de ce colloque à transmettre à mon entourage 😉

 

Une chose que je ne m’explique pas (pas complètement*), c’est comment le CEFRIO en est arrivé à donner mon nom à une journaliste de la SRC qui a réalisé une entrevue avec moi cette semaine, concernant ma perception de ce qu’est cette Génération C et des implications en enseignement qu’apportent ces transformations “imposées” par la force des choses… Agréable expérience, mais stressante, car c’était une première pour moi, d’autant plus que je sais qu’un Téléjournal ne passe que de très très courts extraits d’une entrevue, étant donné la formule “clip” des reportages, même si la SRC est un peu moins pire (à mon avis) à ce sujet que certains autres réseaux de “parfois-supposée” information !

*J’ai quand même mes intuitions 😉

  1. Wow! Bravo Sylvain. Les gens du CEFRIO savaient ce qu’ils faisaient en te référant pour le reportage. Je suis sûre que ce sera réussi et j’ai bien hâte de voir ton p’tit bout de reportage. Tiens-nous au courant.

  2. Tannant… Pas les Z, oké. ¦D

    La génération C des reportages, dis-tu?

    Bravo pour tes actions positives et ton engagement. C’est inspirant. Oui, tu nous tiens au C! Ça promet d’être très intéressant. J’ai hâte de lire ton ou tes billets.

    Je n’ose plus me nommer, j’ai comme une petite gêne qui me C l’inspiration! ¦D ¦D ¦D

  3. @Marielle: merci. Suis touché 🙂 Tu pourras me suivre sur Twitter, car j’Ai l’intention d’être bien actif pendant ce colloque !

    @Zed: ben oui, on t’a préservée: on n’a pas utilisé le Z, ouf ! 😉
    Sur place, j’utiliserai Twitter. Je placerai peut-être un fil Twitter ici, sur mon blogue, si le temps me le permet 😉 Sinon, faudra attendre ma synthèse qui viendra sous la forme de billet, c’est sûr. À+ et merci 🙂

    • Denise St-Pierre
    • October 18th, 2009 9:56am

    Excellent billet!

    Je le conserve en guise de référence. On doit sensibiliser nos enseignants à cette réalité. C’est difficile. Faut mettre des gants blancs parfois car certains se sentent tellement dépassés…

    Bref, j’aime le ton et le fond de ton texte. Merci!

  4. Agréable expérience, mais stressante, car c’était une première pour moi, d’autant plus que je sais qu’un Téléjournal ne passe que de très très courts extraits d’une entrevue,

  5. J’aimerais bien savoir qui a laissé ce dernier commentaire…
    “Links of London jewelry” n’est pas au courant de qui vous êtes !

  1. October 23rd, 2009

 
%d bloggers like this: