Premier ClavEd pour mes élèves

Le 23 février dernier, j’avais décidé de faire participer mes élèves à un ClavEd (Clavardage Éducation, une initiative de Christine Renaud, alias @mvc_enseignants sur Twitter).

Mon objectif était de leur «montrer», mieux encore «faire vivre», une des diverses façons d’intégrer les TIC, de réactiver une compétence conceptualisée auparavant avec eux: «Faire avancer le propos dans une discussion, en interaction», également, de «jouer» avec une bonne quantité d’informations, sélectionner, réagir, etc., mais j’avais peu de temps pour la préparation avec eux… C’est là qu’on voit que 6 périodes par 9 jours, ça passe beaucoup trop vite parfois !

Quelques semaines avant, mes élèves avaient été invités à se créer un compte Twitter en prévision de leur participation à l’événement. Quelques uns se sont créé un compte très rapidement… Par la suite, j’ai quelques fois renouvelé l’invitation… Quelques autres inscriptions de plus.

La veille de l’événement, j’avais prévu faire une discussion Twitter qui servirait de pratique, mais plusieurs élèves avaient oublié d’apporter leur appareil mobile pour l’occasion… J’étais un peu déçu de cela, surtout que les élèves ont rarement l’occasion de se servir de ces appareils dans les classes à mon école… mais j’avais quand même beaucoup d’autres petites choses à vérifier avec eux, dont la compréhension de l’outil Twitter pour ceux qui étaient nouvellement inscrits, soit la majorité.

Puis nous sommes arrivés au 23 février beaucoup “plus vite” que prévu, comme toujours, car on court tout le temps. (Les courses aux Olympiques, ça devrait être confié aux profs, ils gagneraient les médailles, à moins de tomber d’épuisement, mais ça, c’est une autre histoire…)

La veille du ClavEd spécial, j’avais aussi pris sur moi d’inviter des élèves de l’iClasse de Pierre Poulin et François Bourdon, question d’être sûr d’avoir assez d’élèves participants pour l’événement: une sorte de pressentiment peut-être…

Et le ClavEd eut lieu. Comme d’habitude, un sprint effréné, cette fois 800 tweets en 60 minutes: un record peut-être…, un sprint où la discussion s’élabore sur 2-3 plans de “replies” simultanés, etc. Une gymnastique que même certains habitués de Twitter ont du mal à suivre. Il est clair que j’ai alors manqué de temps, pendant le ClavEd, pour discuter verbalement avec certains élèves, surtout ceux qui n’avaient pas d’appareil mobile ou d’ordinateur à leur disposition: il aurait fallu que nous soyions deux profs ou que mes élèves soient plus habitués avec l’outil, ou mieux encore, les deux !

Résultat: j’ai des élèves qui ont quand même bien participé, surtout ceux qui avaient testé l’outil un peu plus que la moyenne de mes élèves. Les autres ont soit abandonné devant l’extrême rapidité nécessaire à la lecture, ou à la sélection d’informations, soit devant la maitrise déficiente de l’outil par manque de pratique.

Bref, nous avons pu par la suite faire un retour sur les points positifs et les grands points à améliorer pour favoriser une participation maximale à ce genre de discussion en ligne. Pour dégager certaines compétences à acquérir aussi. Pour prendre conscience qu’il n’existe pas seulement les notes (groupe qualifié d’«enrichi» pour qui les notes revêtent une importance parfois un peu trop grande !) et les examens qui les procurent, mais qu’il existe des apprentissages parfois plus importants dans la vie, etc.

Apprentissages aussi pour le prof: ne jamais présumer de la maitrise d’un outil par les élèves parce qu’ils vivent “dedans”. Tous n’ont pas un intérêt égal pour les technologies. Certains élèves ont parfois des préjugés face à ces outils, préjugés qu’on penserait plus présents chez les “plus vieux” dont je fais partie : par exemple, «les technos, ce sont des bébelles, des jouets, des gadgets où on s’amuse mais n’apprend pas», etc. Bref, j’étais plus “génération C” que certains élèves dans la classe ! Un constat que j’avais déjà fait, mais que j’avais peut-être un peu trop enseveli dans un recoin de ma mémoire 😉 !

Voilà donc ma synthèse personnelle des apprentissages réalisés lors de ce ClavEd qui fut un demi-succès selon moi. Je n’ai pas retrouvé pareils échos ailleurs dans ce qui s’est écrit sur ce ClavEd: je me suis senti le seul à éprouver cette impression que tout n’est pas au beau fixe, qu’il y a encore des améliorations à apporter, etc. Alors sans doute qu’une relâche est nécessaire ou bienvenue pour moi 😉 !

Bienvenue aux commentaires si vous en avez: ça va m’éclairer et m’aider à garder vivante mon obsession à toujours regarder les deux côtés d’une médaille, le plus possible, et à faire des nuances toujours nécessaires pour évoluer sainement, à mon humble avis…

NOTE: une synthèse a été écrite par les élèves du groupe sur une page de type EtherPad.

    • Gilbert Olivier
    • March 4th, 2011 9:59am

    Il faut continuer à faire des expérimentations si nous voulons faire évoluer les choses. Il est très difficile d’évaluer l’impact sur les élèves d’un exercice semblable, somme toute profitable.

    « Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire. » Confucius

    Merci de partager tes réflexions

    • Annie
    • March 4th, 2011 11:30am

    Bonjour Sylvain! D’abord, bravo pour ton initiative. Je pense que tu as fait une analyse juste de la situation, des points intéressants et de ceux qui sont à améliorer. Qui n’essaie rien ne saura jamais!
    Peut-être serait-il intéressant d’expérimenter un ClavEd à plus petite échelle… moins de participants, une seule question préparée à l’avance, un temps restreint… une utilisation subséquente… Les possibilités sont nombreuses…
    Merci de m’avoir permis d’assister, c’est toujours agréable!
    À quand la prochaine fois? 🙂

    • Viviane
    • December 14th, 2011 2:39pm

    Bonjour Sylvain,

    Merci de m’avoir suggéré de lire. Je suis d’accord avec Annie (ci-haut): un ClavEd à petite échelle serait une solution intéressante pour débuter.

    Je ne connais pas ta classe, mais j’imagine que tu as des élèves qui éprouvent des difficultés en lecture/écriture… l’outil et la vitesse deviennent alors un obstacle. Ce qui ne signifie pas qu’ils ne doivent pas participer, mais plutôt qu’il faut leur donner plus de soutien et adapter.

    Continue de nous tenir au courant de tes expérimentations, c’est très intéressant de te lire!

    Viviane

 
%d bloggers like this: