Nez Rouge 2006


Hier soir, jusqu’à tôt ce matin, j’y étais ! Première expérience.

Nous étions un groupe de 30 personnes du boulot, divisé en 10 équipes, à participer. Pour ceux qui n’ont jamais participé ou utilisé le service, les équipes sont composées ainsi : un chauffeur (qui conduit la voiture du client – la personne “émêchée”), un partenaire (qui accompagne le chauffeur dans la voiture du client et qui s’occupe aussi de la paperasse, et une escorte (qui suit la voiture du client dans sa propre voiture et qui ramène l’équipe au prochain rendez-vous avec un autre client à raccompagner).

Arrivés tôt hier soir (trop tôt en fait) à la centrale, nous avons été obligés d’attendre, voire même poireauter très longtemps, avant de partir, à cause d’un ennui administratif. Malgré que les formulaires aient été envoyés deux semaines à l’avance pour vérification (dossier criminel, etc.), aucun examen n’avait été fait sur 3 d’entre eux, paralysant momentanément 3 équipes pour presque deux heures de temps… Je crois qu’il manque des bénévoles pour cet aspect de la tâche…

Dans notre cas, nous avons pu partir vers 23h00 (1re équipe à partir, en fait, parmi les 10), chercher notre premier client à Lac Delage. Puis, presque sans interruption, nous avons effectué 5 raccompagnements (tous dans la ville de Québec) pour terminer aux environs de 4h45 (Retour à la centrale pour remettre nos vestes et remplir quelques papiers d’usage).

Des anecdotes :

  • un de nos clients était très émêché (!). Après avoir enfin retrouvé ses clés, il a enfin pu regagner son logis de façon sécuritaire avec nous. (Durée de toute la procédure : au moins 1 heure. Distance totale parcourue avec le client : moins de 1 km !!!)
  • une de nos équipes a effectué 2 raccompagnements dans la région de Portneuf (On ne sera pas surpris que cette équipe n’ait pu faire que 3 raccompagnements durant sa nuit…)
  • une autre équipe a fait chou blanc à ses 2 premiers essais. Les clients n’étaient pas au point de rendez-vous fixé…
  • un collègue a pu conduire une Mercedes récente (Je n’ai pas pu savoir quel modèle : le gars n’est pas maniaque comme moi, snif !) et ainsi réaliser une chose qu’il ne pourra jamais se permettre : quel rêve ! Et que dire de la sécurité active d’un tel véhicule avec toutes les assistances électroniques dont il dispose… Quelques uns de ces dispositifs ont pu être testés avec la petite neige glissante de cette nuit.

Vers les 5h00 – 5h30, nous nous sommes tous rendus au resto, prendre un bon déjeuner bien mérité. Nous en avons profité pour nous raconter les quelques anecdotes dont nous ne nous étions pas encore fait part via nos téléphones cellulaires ! Somme toute, une bien agréable nuit après laquelle la fatigue est heureuse : satisfaction du devoir accompli.

Et là, après 3 heures de sommeil, je suis déjà debout (en fait, assis 😉 incapable de dormir plus… Alors j’ai rédigé ce billet.

AJOUT : Je viens de découvrir, sur le site d’Opération Nez Rouge, une page spécialement consacrée aux statistiques. Ainsi, nos raccompagnements de la nuit passée s’inscrivent parmi les 658 faits hier dans la ville de Québec.

    • François Guité
    • December 9th, 2006 12:54pm

    Le bénévolat, ça grise. Mes compliments pour ton implication, Sylvain. Je te souhaite une Ferrari la prochaine fois.

    • Sylvain
    • December 9th, 2006 1:03pm

    Merci François ! (En passant, c’est Richard P qui a été le chanceux en Mercedes !)

    • Mlle Isabelle
    • December 10th, 2006 9:41pm

    belle implication, bravo..

    De mon côté, cela pourra peut-être te parraitre superficiel mais je ne serais jamais capable de faire ça. Je suis comme Patrick Huard dans le film “Nez Rouge” (qui a dailleur jouer hier soir à la tivi : aversion et dédain solide envers le vomi…

    As-tu vu ce film? Si non, va te louer ça!…

    • Sylvain
    • December 11th, 2006 5:19pm

    Isabelle, ça ne me parait pas superficiel du tout. Les appréhensions sont normales, je crois (J’en avais quelques unes moi aussi). Surtout quand est venu le temps d’aller trouver un client “en état d’ébriété très avancé”, dixit le répartiteur… On avait le choix de ne pas y aller si c’était au-dessus de nos forces, mais on a essayé quand même : ça fait de savoureuses anecdotes à raconter aux collègues aujourd’hui ! (Et même à mimer 😉

    Parlant du film, je l’ai vu pour la 1re fois ce samedi, à la télé. J’avais des “flashbacks” de la veille, j’te jure ! Mais les cas d’ébriété dans le film sont caricaturaux par rapport à ceux que j’ai eus vendredi, sauf peut-être le client très émêché, mais encore…

    • Mlle Isabelle
    • December 11th, 2006 9:33pm

    Mais la fille qui dégueule sur Huard, clisss, j’ai changé de poste tsé.. Alors ça te donne une idée comment je suis incapable de voir et surtout sentir ça!..

    Je m’implique ailleur, c’est toujours ben ça!!! 😉

    • Sylvain
    • December 12th, 2006 12:39am

    J’avoue que cette scène est assez dégueulasse, mais ça doit réfléter 0,00000001% des cas 😉
    (J’espère !)

  1. No trackbacks yet.

 
%d bloggers like this: