Débarrer la bande passante ?

Dernièrement, au retour des vacances des Fêtes, j’apprenais de la part du directeur adjoint responsable des technologies dans mon école que la Commission scolaire avait décidé de ne plus brider ou ralentir YouTube comme elle l’avait fait par l’an passé et cette année (C’est quand même moins pire que les CS qui bloquent carrément YouTube !).

Heureuse nouvelle, bien entendu, sachant que, même si on retrouve de la cochonnerie sur YouTube, on y retrouve aussi d’excellentes capsules informatives et bien d’autres choses utiles encore. Faut juste savoir quoi chercher et où chercher, une compétence qui devrait s’enseigner plus pour vraiment apprendre, élèves, profs et administrateurs, à vivre dans cet environnement pluraliste.

En bloquant, on ne prépare pas les jeunes pour leur avenir, on fait juste attiser l’attrait pour l’interdit… Passer plus à côté du but que ça, c’est impossible ! En transmettant des valeurs de façon conséquente, on va beaucoup plus loin, et mieux, même si c’est au départ plus difficile.

Ma Commission scolaire semble comprendre de plus en plus que des ressources importantes existent sur le web. Enlever le ralentissement de YouTube est un premier pas, mais il en restera d’autres à franchir, bien sûr.

Le noeud du problème est celui de la bande passante, que les fournisseurs d’accès Internet vendent avec profit. Alors aussitôt qu’on a besoin de beaucoup de bande passante, on parle de coûts. Et qui dit coûts en cette période de crise économique dit budget serré, compressions, ralentissements, peur du déficit, coupures dans les ressources devenues essentielles (le Net).

Donc, tant que l’on considèrera la bande passante comme un goulot d’étranglement à l’accès aux connaissances, on fera toujours un peu fausse route. Il faudra bien choisir ses investissements ou carrément nationaliser l’accès Internet comme le suggérait quelqu’un récemment sur Twitter.

Parlant de bande passante, on a vu les limites du réseau Internet cette semaine, alors que tous voulaient regarder le discours inaugural de Barack Obama… C’est dans ces moments que l’on voit que le réseau est encore perfectible ! Au Nouveau-Brunswick, le ministère de l’éducation a voulu suggérer aux gens de NE PAS écouter Obama parce qu’on craignait qu’Internet flanche carrément… C’est donc dire que ce réseau-là aussi a besoin de plus de bande passante et de meilleurs choix d’investissement !

Pas de bande passante = beaucoup moins de projets intéressants qui peuvent être réalisés faute d’accès convenable. À l’ère du numérique, il faut arrêter de résonner (lapsus pour raisonner) en précambrien et savoir adapter nos moyens à notre époque, car le train n’attend pas et des gens seront laissés à la gare, juste à côté du télégraphe

    • Nicolas
    • January 23rd, 2009 11:50pm

    Je fais des petits 15 minutes sur Youtube avec mon fils. Quand il me pose des questions sur un concept ou une chose, je lui montre un vidéo correspondant. Tout est disponible au bout des doigts.

  1. No trackbacks yet.

 
%d bloggers like this: