Avez-vous pris votre Nescafé ?

Hier soir, en sortant le chien, quelle ne fut pas ma surprise de voir un petit Publisac accroché à ma boîte aux lettres (eh oui, nous avons encore un vrai facteur dans le quartier !)

Ce petit sac est en fait une magnifique boîte, faite d’un carton bien luisant et très rigide, attirant l’oeil à coup sûr. À l’intérieur (faut être patient pour l’ouvrir, car c’est très solidement fermé !), un petit pot de café… instantané 🙁
Pour l’amateur de café en moi, c’est un peu décevant. Ce pot est confortablement entouré d’une double épaisseur de ce carton déjà assez épais merci ! On ne veut vraiment pas que le pot se casse.

Puis, surgit une question : combien coûte tout ça ? Affreusement cher, j’en suis sûr. Et quelle quantité de carton (sans compter les sacs en plastique) cela générera au recyclage !

Des nouvelles du Pérou

Je viens d’avoir, par courriel, des nouvelles de deux de mes collègues qui sont actuellement au Pérou avec un groupe d’étudiants. Ça m’a fait plaisir de les lire plus en “direct” que par leur blogue, tenu par un des élèves du voyage, dans ses rares moments libres.

On peut visiter leur site complet ici. Quelques photos sont disponibles. Ce voyage met à rude épreuve les capacités physiques de chacun en plus d’être une expérience inoubliable pour les élèves qui ont la chance de la vivre.
Ce voyage en est à sa deuxième édition, l’autre ayant été vécue en 2003.

Civic rétrécie


C’est fou ce que ça peut être simple que de faire un montage… sans montage !
En fait, il s’agit d’une photo prise à travers les vitres d’une porte. Ces vitres ont un rebord en biseau qui explique la distorsion ainsi aperçue dans la lentille.

NOTE ajoutée le 5 septembre 2006 : 20:03
On est loin ici des manipulations d’image dont nous parle François à propos de ce site.

Passé nouveau ?

Cet été, je suis tombé par hasard sur une ou deux émissions, à la SRC, intitulée Tout le monde en parlait. Cette série, au titre très marketing rappelant LA émission du dimanche soir, relate des faits qui étaient d’actualité dans les années 1970.

Récemment, je discutais avec quelqu’un qui trouvait que ça faisait un peu trop passéiste à son goût. Comme je m’étais posé un peu la même question, je ne pouvais être complètement en désaccord avec cette personne, mais je ne pouvais pas non plus être en total accord, car j’y ai trouvé certaines explications ou justifications d’actions posées il y a plus de 30 ans de cela.

Comme j’étais trop jeune pour comprendre à l’époque, le contenu des émissions regardées (peu nombreuses en réalité : l’été n’étant pas propice à la télé !) a pu m’éclairer sur l’origine de la volonté de mettre en place le régime du no fault de la SAAQ, par exemple. Comme ce régime est remis en question ces temps-ci, ça aide à alimenter la réflexion et l’argumentation en 2006.

Ceci dit, je conçois fort bien que, parfois, la SRC-RDI nous propose un peu fort l’éloge-au-passé, en apparence du moins. Il faut parfois savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va, c’est connu. On peut parfois éviter les mêmes erreurs en regardant d’abord derrière pour mieux aller devant par la suite. La mémoire collective est une denrée rare au Québec, dont la devise est pourtant Je me souviens

Lundi prochain, par contre, on tombera trop facilement, et sur toutes les chaînes télé, dans le rappel à caractère sensationnaliste. Un rappel 20 ou 30 ans après l’événement a le mérite de rafraîchir la mémoire et d’aider à mieux comprendre, mais des rappels trop fréquents diluent ce mérite. Il est vrai que le 9-11 a marqué l’histoire de la planète, mais nous aurons besoin de plus de recul pour en mesurer tous les impacts.