Automne gris foncé et grogne populaire…

JetouffeÇa fait 2 mois, depuis septembre 2014, chaque fois que j’écoute les actualités, que je lis un texte relayé par telle ou telle connaissance Twitter ou Facebook, ça fait 2 mois, donc, que j’ai un sentiment de déprime qui ne passe pas…

Ça fait 2 mois que le gouvernement Couillard, nouvellement élu du printemps dernier (l’été a été calme, lui), lance ballons d’essai par-dessus ballons d’essai… Tellement de ballons d’essai qu’on ne sait plus lequel finira par se concrétiser, car les volte-faces se succèdent au même rythme, ou presque, que les lancements de ballons. Tout ce qu’on réussit à savoir, c’est que “Tout doit être mis sur la table” et que “Aucune hypothèse n’est écartée”, même si, en éducation, le “sublime” ministre Bolduc (gaffeur professionnel de son second métier) finit par dire que, finalement, on ne touchera plus à ceci ou cela, que les mesures (à couper) qui touchaient les services aux élèves ne doivent plus être mises de l’avant par les Commissions scolaires, mais que les coupures doivent être faites quand même, etc. (Aucune administration ne se fera hara-kiri, tout de même…) Bref, la CONFUSION est semée dans tous les esprits. L’insécurité aussi. Et le gros bon sens s’éloigne lui aussi…

Parallèlement à tout ça, on sait que les employés de la fonction publique et du secteur para-public auront à renouveler leurs conventions collectives d’ici peu. Le prof que je suis fait donc partie de ce groupe… que je le veuille ou non. Évidemment, on voit poindre, même pas subtilement, des annonces que la caisse est vide, qu’il faut couper, se serrer la ceinture, etc., afin d’atteindre l’objectif du déficit zéro, et ce, pour hier de préférence. Tout ça me rappelle étrangement Lucien Bouchard et “son” déficit zéro de 1996… Mais cette fois-ci, j’ai l’impression, peut-être biaisée par plus d’expérience de vie (et plus de politiciens qui ont alimenté la machine à cynisme que nous devenons de plus en plus à mesure qu’on est plus… lucide !), que ce sera pire encore, du moins pour nous. Car on sait tous que les médecins (je n’ai rien contre eux, ceci dit) seront épargnés, l’actuel ministre de la santé (Barrette) ayant “négocié” d’avantageuses augmentations (pour les spécialistes, du moins) avant de passer dans le clan des ministres. De plus, avec 3 médecins aux premières loges du pouvoir, mettons que les autres médecins peuvent dormir un peu plus tranquilles, eux.

Toujours en même temps que tout ça, la classe moyenne, dont je fais partie, sera mise à mal, financièrement parlant… encore une fois. Actuellement, on ne sait pas trop comment ça se fera, mais trop d’hypothèses circulent présentement dans les journaux pour qu’il ne se passe rien au final. Nos politiciens font bien leur job de lancement de ballons d’essai en frappant potentiellement sur tout ce qui bouge, pour voir comment réagira l’opinion publique et les principaux intéressés avec ces coupures envisagées. Ces jours-ci, on parle des frais de garderies qui désavantageraient les familles qui comptaient là-dessus pour avoir quelque(s) enfant(s) de plus, question de renouveler un peu la population active du Québec, entre autres.

Couillard-Av-Ap

Demain, on parlera sûrement d’un autre truc encore… Un truc qui remet en question plusieurs des principes fondamentaux de nos programmes sociaux qui sont des choix de société. Et comme ce sont des choix de société, c’est en société qu’il faudrait en débattre. Et ces débats étaient LOIN d’être annoncés pendant la campagne électorale qui a conduit ces élus au pouvoir. Discours de campagne et discours une fois au pouvoir sont tout à coup presque diamétralement opposés (voir image ci-contre), et ce, peu importe le parti au pouvoir.

D’un autre côté, on sait que, collectivement, on s’est fait flouer de moults millions par ces bandits et ces mafieux de la “construction” et de l'”ingénierie”, proches amis des politiciens au pouvoir, et que rien ne sera fait pour récupérer ne serait-ce qu’une partie de ces millions, l’autre partie étant engloutie en frais d’avocats de toutes sortes, j’imagine, si jamais des démarches avaient été entreprises…

Bref, on se sent assaillis de toute part, la morosité ambiante nous envahissant petit à petit. Ne restera, pour les politiciens au pouvoir, qu’à frapper sur ceux qui seront le plus à terre et, hop!, le gouvernement deviendra soudainement plus “rentable”, comme si c’était une entreprise qui doit faire des profits : voir à ce sujet l’histoire du gouvernement fédéral qui refila jadis aux provinces… qui, elles, songent à refiler encore plus aux municipalités… et donc, en bout de ligne, toujours au sempiternel con…tribuable qui n’a qu’à payer et payer encore.

Et ceux qui “chiâleront” (se plaindront) le plus fort finiront par se faire respecter (comme les médecins spécialistes, par exemple?), comme si la seule façon d’avoir le respect en 2014 était de gueuler le plus fort et de faire le plus de pression possible sur le gouvernement. Mais qui peut se permettre de faire ainsi pression ? Qui a ce pouvoir ? Ou qui osera ? Après tout, ce sont nous qui élisons ces gouvernements… mais sûrement pas sur la base des promesses électorales dont les élus se moquent à qui mieux mieux une fois le pouvoir obtenu…

Ça ressemble à une autre situation, par exemple, quand un client est insatisfait d’un produit : s’il chiâle bien et aux bonnes personnes, il arrivera à payer moins cher (voire pas du tout) la réparation d’un bris qui n’est pas supposé survenir si tôt dans la durée de vie du produit, etc. On vivrait donc à une époque où il faut faire savoir son mécontentement très fort, jusqu’à ce que le gros bon sens refasse surface… parfois.

En plus, il a été démontré, par le FMI lui-même, que les politiques d’austérité ont un effet pervers pire encore que celui qu’elles veulent combattre.

Alors, devant ces bêtises, saurons-nous nous mobiliser collectivement en cette époque paradoxale où l’égoïsme ou l’égocentrisme semble roi et maitre au moins autant que le chiâlage ?

À suivre !

Enseigner: quel métier ?

Cette semaine, je suis passé à travers un bon paquet d’émotions… Ça fait des mois que je veux écrire un billet sur le nécessaire plaisir au travail (selon moi, c’est une nécessité), plaisir que j’ai eu beaucoup de misère à avoir par moments, à cause de textes parus dans les journaux, à cause de la ministre qui va à gauche et à droite, telle une girouette – je sais l’avoir déjà dit ici, et j’y ai droit, étant chez moi, parce qu’on n’est pas à l’Assemblée nationale ici ! – une girouette qui a l’air d’osciller entre différentes intentions de votes, pour plaire à Pierre, Jean, Jacques, son frère, sa soeur, son père et sa mère tout à la fois… et finissant par plaire à personne ou presque ?

dictature Pour ceux qui me connaissent, je suis du genre à ne presque jamais baisser les bras. Assez grande confiance en moi malgré les aléas parfois assez durs à avaler qui peuvent occasionnellement se présenter, énergie assez vive la plupart du temps et qui alimente une certaine passion, idée toujours assez claire du but poursuivi, conscience de mes limites doublée d’une volonté de les repousser toujours un peu plus loin, et par-dessus tout cela, une espèce de naïveté nécessaire à la survie en milieu parfois hostile de par les conditions pas toujours (ou pas souvent?) facilitantes qui découlent de carences structurelles assez importantes de l’institution-éducation dont on dispose ou dans laquelle on évolue tant bien que mal au fil des jours… Et de plus, par-dessus tout, une ferme volonté d’apprendre !

Je n’arrive pas à m’expliquer pourquoi, mais cette semaine, à la lecture des propos de la ministre rapportés dans les médias et aussi à la suite d’une réunion où on nous a mis au fait des «offres» (les guillemets sont très importants) gouvernementales qu’on nous fait jusqu’à présent, une très (trop à mon goût) grande déprime m’a littéralement envahi. Je ne m’étais jamais (ou presque jamais en fait) vu comme ça et je n’arrive toujours pas à comprendre totalement ce qui a bien pu se passer.

Aussi, vais-je tenter de l’expliquer un peu ici… de le creuser un peu.

Le sentiment général qui se dégageait de ces impressions en était un d’écoeurite aigüe. Je me disais: non mais, on nous prend pour des tartes ou quoi ?

Au cours des 17 dernières années, nos conditions de travail ont empiré, c’est d’une évidence même. Quiconque ne sait pas cela vit sur une autre planète ou se fout carrément de ce qui se passe avec ses enfants dans les écoles… et tout ça me laisse perplexe si la tendance se maintient pour les 17 prochaines années. Au rythme où vont les choses, on va finir par arriver à quelque chose de profondément inhumain…

Cette espèce de non-considération face aux profs, essentiels à une société comme beaucoup d’autres métiers d’ailleurs, m’a littéralement sidéré. On dirait que les profs, ce ne sont que de bébêtes exécutants qui doivent (en théorie, du moins) faire ce que dit la ministre au gré de ses plans tous plus nombreux les uns que les autres, tous plus imprécis et de dernière minute aussi. Visiblement, des plans qui arrivent d’en-haut, très haut même (je soupçonne beaucoup de gens du ministère de ne même pas être au courant à l’avance… !), des plans qui avancent des choses et qui prouvent hors de tout doute une méconnaissance certaine du milieu, de la “chose éducative” et des conditions dans lesquelles on doit exercer notre métier ou profession… (En fait, être enseignant ou prof, c’est probablement ni un métier ni une profession… une vocation, avec tout ce que ça implique d’affectif non mesurable, non quantifiable, n’en déplaise aux gestionnaires-comptables – oui il y en a…)

Les profs, ces éternels incompris, alors ? Peut-être… Peut-être aussi parce que tout le monde se dit capable d’éduquer, puisque parents d’enfants. Le parent éduque, oui, (ou devrait à tout le moins, car certains ne le font pas ou le font très partiellement, – d’autres le font, mais l’enfant répond moins bien, disons…), mais le pédagogue fait apprendre, ça doit être sa spécialité, sa spécificité…

En cela, le prof-pédagogue a une énorme responsabilité pour l’avenir des gens de ce pays (et de ce pays tout court) dans lequel il exerce sa profession. MAIS on ne le laisse pas exercer pleinement et LIBREMENT cette responsabilité ou cette “fonction”. Au contraire, on tente de l’enfermer dans une liste de choses à faire, auxquelles se conformer, de suivre un programme qui change au gré de la météo ministérielle (je parle de la ministre ici, pas nécessairement du ministère: nuance !), bref, d’être un bébête exécutant comme je disais ci-dessus, un petit esclave, relent possible du prescripteur-esclave engagé par le riche romain pour garder éduquer ses petits (?)…

(Parenthèse ici, une autre (!): les syndicats, de par leur approche ouvrière (je n’ai rien contre les ouvriers!), contribuent probablement sûrement, malgré eux (?), à cette non considération professionnelle en poussant les conditions de travail à parfois devenir abrutissantes (le mot est peut-être fort) au sens où on doit exécuter certaines choses, ou être présent de telle heure à telle heure… pour tenter de quantifier le coeur qu’on met à l’ouvrage. Certaines ententes négociées finissent par avoir l’air de définir trop de détails et de faire perdre une certaine autonomie aux profs, malgré la volonté contraire. – Paradoxe ?)

Ou bien encore, on tente d’enfermer la responsabilité dans une sorte de gestion-par-les-résultats (chiffrés SVP !) en tentant de rendre imputable le prof et lui seul (?) concernant les résultats de tous ses élèves. Je regrette, mais ici, il devrait s’agir d’une responsabilité partagée entre les profs, oui, mais aussi la direction d’école et la commission scolaire qui fournit le lieu et les conditions facilitants ou pas, les parents et, surtout, le jeune lui-même !!! Ajoutons à cela le ministère de qui découle les programmes de formation.

On ne peut pas enfermer dans des chiffres (réflétant réellement les résultats d’une personne ?) la fonction d’enseigner, de faire apprendre, d’être pédagogue… L’affectif, qui est un facteur primordial et oublié par tous les comptables (je ne les déteste pas, mais leurs méthodes sont incompatibles avec l’affectif, par définition), fait partie de l’acte pédagogique, on ne peut le nier ou l’ignorer: c’est un non-sens en soi, alors.

Avec tous ces éléments de pression, on peut maintenant comprendre que les profs se sentent de plus en plus infantilisés, abrutis, démotivés ou démoralisés devant tant de choses indiscibles, indescriptibles, incompréhensibles, et surtout autant éloignées de l’acte pédagogique lui-même.

Comme le disait si bien Brigitte Friset dans sa lettre à la ministre, publiée dans Le Devoir du 19 mars 2010, «Laissez-nous, sans mépris comme vous le faites, améliorer ce sur quoi nous travaillons sans vous depuis dix ans déjà!»

Cette revendication d’une autonomie professionnelle perdue ou largement bafouée, je la fais mienne également. Vivement qu’on finisse par comprendre, au Québec, qu’une pédagogie efficace ne se calcule pas, mais se vit au quotidien avec nos élèves à nous, les profs, de par la relation qu’on installe avec eux et qu’on vit, puis, par la suite, des apprentissages qu’on leur fait vivre, non pas des apprentissages prémâchés, relents d’un Pablum pédagogique depuis longtemps révolu qui n’instruit pas mais abrutit et infantilise, mais des apprentissages pleinement réalisés en mettant en relation divers éléments de notre réalité complexe (par définition…) à travers laquelle nous devons évoluer, avancer, continuer d’apprendre en continu.

Sinon, on recule et on meurt, comme société, point final.

Investissons sur notre avenir à tous, ça commence drôlement à presser, à mon humble avis.

Y en a marre de la désinformation – éducation au Québec

Ça fait un moment que la question me turlupine, voire m’exaspère, surtout quand j’entends telle ou telle connerie, niaiserie, chose de la part de la ministre, etc., etc.

Aujourd’hui, je retrouve cette lettre d’une collègue, affichée sur le babillard dans la salle des profs. J’ai tout de suite eu le goût de vous partager cette lettre, avec le consentement de l’auteure, bien sûr !

Voici donc la lettre d’Isabelle Arseneau, une jeune enseignante talentueuse et prometteuse, qui se décourage parfois comme nous tous devant certaines absurdités colportées à gauche et à droite, souvent sans mauvaise volonté, bien sûr également, mais pas tout le temps peut-être malheureusement !

PARENTHÈSE

J’en profite pour “ploguer” ici un autre texte génial, d’André Roux celui-là, qui a décidé de pondre ce fameux billet après presque 2 ans d’absence de la blogosphère (mais pas de la Twittosphère, par contre 😉

/PARENTHÈSE (fin de la)

Marre

Lettre d’Isabelle Arseneau à Claude Bernatchez, animateur du matin à la Première Chaîne de Radio-Canada.

«Bonjour M. Bernatchez,

Je vous écris, et c’est une première dans mon cas, en réaction à ce que j’ai entendu sur vos ondes concernant les déclarations de la Ministre sur ce que vous avez qualifié de «réforme de la réforme». J’étais très en colère, je le suis encore. Comment une représentante syndicale peut-elle défendre la situation des enseignants sans même être en mesure d’expliquer la différence entre une connaissance et une compétence? Ce bafouillage était non seulement une insulte pour tous les professionnels qui ont investi du temps à s’approprier ces termes, à ajuster leurs pratiques, mais c’était une preuve supplémentaire mettant en évidence l’incompréhension des détracteurs de cette dite réforme que je préfère nommer «Renouveau pédagogique».

Je suis une jeune enseignante du secondaire en science et technologie avec seulement quatre années d’expérience. Je suis aussi chercheure au CRIRES (Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire, à l’Université Laval) et je travaille justement sur des approches didactiques innovantes avec évidemment le développement de compétences comme finalité. Pour faire court, je considère avoir une excellente connaissance de ce renouveau pédagogique et je considère être compétente dans l’exercice de ma pratique. Je ne veux pas faire ici le procès de tous les maux de notre système éducatif, je veux simplement remettre certaines choses au clair. Il y en a marre de la désinformation par rapport à l’éducation!

D’abord, qu’on s’entende bien. La connaissance est nécessaire à la compétence. Il n’a donc jamais été question de mettre de côté les connaissances. Tous les enseignants que je côtoie n’ont jamais arrêté d’évaluer les connaissances! Bien au contraire. Ce qu’on demande maintenant c’est d’utiliser ces connaissances dans un contexte. C’est aussi de faire des liens, de poser un jugement, de vulgariser, etc. C’est une tâche certes plus complexe, mais qui donne un sens aux apprentissages et qui tend à former des citoyens compétents.

Prenons l’exemple que vous avez utilisé ce matin. Je ne suis pas formée en géographie, mais je peux vous expliquer que la connaissance des provinces canadienne est une chose, mais que savoir lire une carte en est une autre. Vous comprenez? Un autre exemple dans mon domaine disciplinaire, qui résume ce que je fais présentement avec mes élèves de troisième secondaire. Comme avant, l’élève doit connaître l’organisation cellulaire. Mais maintenant, il est amené à se positionner sur l’utilisation de biotechnologies comme la vaccination, l’utilisation du lait cru, l’utilisation de cellules souches ou autres sujets d’actualité lui permettant non seulement d’utiliser ses connaissances dans un contexte réel, mais aussi de se former comme citoyen responsable. Je pourrais vous expliquer longuement la grande pertinence de ce virage dans le système d’éducation, qui suit d’ailleurs une tendance mondiale. Le problème M. Bernatchez, c’est que même la Ministre de l’éducation a peine à comprendre ce qu’est la compétence.

Un dernier point, si je peux me permettre, concerne cette fâcheuse tendance à se concentrer sur le décrochage plutôt que sur la réussite, sur l’apprentissage, sur l’engagement étudiant, etc. Ce n’est pas en demandant aux enseignants de travailler le samedi qu’on règlera le problème. Leur tâche est déjà très lourde à porter. Il me semble évident qu’une des premières choses qui accroche un jeune à rester en classe, c’est un enseignant motivé et motivant qui cherche à diversifier ses approches pédagogiques stimulant ainsi tous les types d’apprenants. Le problème c’est que les jeunes enseignants, comme moi, aussi passionnés qu’ils peuvent l’être, mettent constamment en doute leur carrière dû au «bénévolat obligatoire» qu’on exige d’eux. La profession est sous-valorisée et la ministre se permet de faire de l’ingérence dans leur pratique. Est-ce que le Ministre de la santé dit aux médecins comment poser un diagnostique? Alors, pour quelles raisons Mme Courchesne se permet de dire aux enseignants comment évaluer leurs élèves quand visiblement elle n’a aucune idée de ce qu’est la compétence? L’exemple du retour aux chiffres en est le parfait exemple. Elle n’a pas non plus la vision du contexte de la classe et de ce que peut représenter le travail d’un enseignant au quotidien.

Je constate, oui, qu’il faut revisiter l’évaluation des compétences telle qu’elle se fait présentement, mais ce n’est pas nécessaire de revenir en arrière. Il y a de grandes choses qui se font dans les écoles M. Bernatchez et il faut arrêter de croire que tous les élèves du secondaire ont envie de décrocher. Plusieurs sont engagés dans leurs études et motivés (comme peut l’être un ado!) à venir en classe. Il faut se concentrer sur l’apprentissage, valoriser la réussite. Le problème est pris à l’envers. Plutôt que de monter une nouvelle marche on nivelle vers le bas. C’est bien dommage, surtout que le système est en train de drainer les jeunes enseignants motivés, déjà fatigués.

Merci pour votre lecture,
En espérant entendre une réponse aux propos tenus ce matin lors de votre émission,

Bonne journée,

Isabelle Arseneau
Enseignante de science et technologie»

Marc Prensky à Clair2010

Voici un résumé de la conférence de Marc Prensky qu’il a prononcée à Clair2010 fin janvier dernier.

Ce texte a d’abord été rédigé pour l’Infobourg, à la demande de Martine Rioux, par David Martel et moi.

Suivra une réflexion de ma part, que j’ajoute ici au texte original. Bonne lecture 🙂

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Prensky pendant sa conférence

C’est dans le cadre de la non-conférence (ou BarCamp) Clair 2010 : Pour voir l’éducation autrement – qui se déroulait les 28, 29 et 30 janvier 2010 – que près de 200 intervenants du monde de l’éducation ont pu entendre Marc Prensky, l’homme qui a inventé et popularisé les termes digital native (natif du numérique) et digital immigrant (immigrant du numérique).

Présenté par Mario Asselin, c’est avec une conférence ayant intitulée Engagez Moi ou Enragez Moi (Plus ça change plus c’est différent) que Prensky a énoncé ses idées pendant plus d’une heure trente à une foule plus qu’attentive. Il a d’abord exposé ses idées pour ensuite interagir avec six jeunes du C@HM (Centre d’Apprentissages du Haut-Madawaska), là où se déroulait Clair2010. Voici donc l’essentiel des propos de Marc Prensky, recueillis et “gazouillés” par Sylvain Bérubé et David Martel.

M. Prensky, dans un français impeccable, a d’abord parlé des changements technologiques qui se produisent à un rythme particulièrement rapide et dont on n’a aucune idée de jusqu’où ils peuvent nous mener. À vrai dire, les technologies changent et évoluent tellement rapidement que, pendant leur vie, les jeunes verront les technologies devenir 1 000 000 000 000 (1000 milliards) fois plus puissantes !

De leur côté, les jeunes suivent, mais les enseignants peinent à se tenir à jour. Ils doivent donc accepter d’apprendre en même temps que ces natifs, où même apprendre d’eux, plutôt que de sombrer dans une espèce de peur, même si celle-ci est normale au départ. En effet, devant ce changement, la plupart des gens vont vers l’avenir en regardant vers l’arrière, vers ce passé sécurisant auquel on peut être fortement tenté de s’accrocher. Ce “pied dans le passé” que conserve souvent l’immigrant du numérique lui confère un accent lorsqu’il intervient auprès des natifs.

En fait, il en a toujours été ainsi. L’homo sapiens a toujours développé des outils dont on ne peut plus se passer. L’ordinateur portable actuel peut parfois devenir chez certains une sorte de prolongement du cerveau. On combine cerveau et machines dans un mélange sans cesse renouvelé où on combine ce que fait bien le cerveau et ce que font bien les machines: Prensky appelle cela la sagesse “digitale” (numérique).

Pour illustrer le renouvellement des technologies, Prensky utilise les notions de verbes et de noms. Les premiers représentent les actions effectuées par un individu (communiquer, collaborer, écrire, etc.) alors que les seconds désignent les moyens utilisés pour y parvenir (lettre, courriel, télécopie, etc.). Les verbes sont à la base de l’instruction, mais les outils changent. Les jeunes devraient utiliser les noms les plus à jour pour apprendre. Par exemple, l’action de communiquer avec quelqu’un (le verbe) est restée la même, alors que les noms se sont succédé au fil du temps (le télégramme, la télécopie, le courriel, le SMS, etc.) Et en 2010, ce sont vers ces nouveaux noms que nous devons nous tourner. On apprend, on communique, mais avec de nouveaux moyens sans cesse en évolution.

Prensky mentionne qu’étant donné que les noms changent trop rapidement, il ne faut pas surinvestir dans un outil, car le changement est devenu trop rapide. Aujourd’hui, nous avons Twitter; demain nous aurons autre chose. Il faut donc demeurer très flexible afin de s’adapter aux changements et aux nouveaux noms. Cette réflexion s’est poursuivie lors d’un atelier le lendemain: on ne doit pas resté collé sur le T des TIC, mais se rendre jusqu’au C de la Communication ou, comme quelqu’un d’autre l’a souligné, jusqu’au A des Apprentissages.

Un autre élément primordial, selon Prensky, est la programmation que doivent apprendre les jeunes. Ils doivent programmer s’ils veulent créer, car créer dans un futur proche supposera une maitrise d’une forme de programmation ou l’autre. Le chercheur fait un parallèle intéressant en disant que les programmeurs d’aujourd’hui sont en quelque sorte les scribes d’autrefois. Il pose également quelques questions portant à réflexion: ne devrions-nous pas leur apprendre comment programmer pour créer? Faut-il encore apprendre l’écriture manuscrite? Faut-il former les jeunes pour demain ou affronter nos peurs afin de les former pour le reste de leur vie?

La peur du départ doit donc se transformer. Après tout, nous sommes face à des outils, des moyens, mais il nous faut les maitriser, apprendre à s’en servir, etc. Et apprendre, réaliser, communiquer, etc. Il y a 4 stades d’apprentissage des technologies:

1 – cacher ou nier;

2 – paniquer ou avoir peur;

3 – accepter;

4 – être confortable;

mais, selon Prensky, il faut aller plus loin:

5 – puissance !

Voilà comment Prensky finissait son allocution avant d’échanger avec six jeunes qui ont bravé les conditions météorologiques afin d’être quand même présents à cette journée pour montrer comment ils se servent de la technologie, non comme une fin, mais comme un moyen, un outil.

Il est aussi à noter que Mario Asselin et Roberto Gauvin ont pu s’entretenir avec Marc Prensky, l’avant-midi suivant sa conférence. Mario en donne un compte rendu ici.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Personnellement, j’avais hâte d’entendre ce Marc Prensky dont j’avais souvent entendu parler.

En fait, malgré l’aspect de prime abord assez emballant de sa découverte principale (digital native vs immigrants), j’avoue que je demeurais quand même sur mes gardes concernant cette transformation du cerveau qui se produirait chez les jeunes et dont on n’a aucune preuve scientifique à ce jour.

Ici, j’avoue que Prensky a éludé un peu ce côté transformation du cerveau de son discours. L’homme est donc capable de revenir sur ses dires et de faire les nuances qui s’imposent: j’aime.

Pour le reste, il assiste comme nous à des transformations majeures et il pose de bonnes questions qui font réfléchir.

Conférence de Prensky: image saisissanteAvec un sens de la phrase-choc (sinon de l’image – ci-dessous), Prensky nous amène à observer certains faits comme l’accélération des développements technologiques: les outils, les MOYENS, qui servent à accomplir des ACTIONS (les verbes) qui existent depuis que l’humain existe…

Un changement d’une telle ampleur suscite bien entendu un grand sentiment d’insécurité, surtout chez les personnes qui s’adaptent moins rapidement, ou qui veulent être sûres de tout avant d’agir. Sauf qu’à la vitesse où les technologies évoluent, il nous faut, je pense, développer une certaine tolérance au Work in progress, ou, si l’on veut, développer une formidable capacité à réfléchir DANS l’action, ou encore, une capacité à rétroagir constamment, tout en avançant. Facile à dire…

Ce changement de paradigme est assez substanciel en soi et il suscite plusieurs tensions palpables aussitôt que l’on regroupe des gens d’une même institution ou autres. À mon avis, cette déstabilisation doit être pédagogique pour tous, en ce sens qu’on doit développer encore de plus en plus nos apprentissages au fur et à mesure de notre évolution dans cette sphère, qu’elle soit blogo, twitto ou autre 😉 ! Il nous faut apprendre… à apprendre dans un tel environnement.

La déstabilisation est un excellent moyen d’apprendre ! Quel prof n’a pas déjà déstabilisé sciemment ses élèves dans le but de susciter un questionnement et, de là, des apprentissages plus “sûrs” ?! Sauf qu’en vieillissant, l’être humain a souvent de plus en plus peur de la déstabilisation. Et pourtant ! Quoi de plus “équilibré”, qu’un funambule en apparence instable sur un fil de fer, qui oscille constamment d’un côté et de l’autre pour justement garder son équilibre: l’équilibre est donc quelque chose de vivant, et non statique ! Ces constants aller-retours gauche-droite du funambule illustrent bien ce que j’appelais ci-dessus la rétroaction constante avec laquelle on doit composer, ce work in progress constant. Le changement est la seule chose qui est stable, disait l’autre que je paraphrase un peu ici 😉 !

Quant à l’aspect développement de la programmation chez les jeunes qu’a abordé Prensky en fin de conférence, c’était pour moi l’élément de surprise de la conférence, puisque j’avais déjà entendu parler du reste plus ou moins en détail.

Et je me dis que c’est pas bête du tout: les jeunes, s’ils veulent “contrôler” ou maitriser ce nouvel environnement sans cesse changeant, doivent en apprendre les méandres, les points de contrôlabilité. Le programmeur agit sur son environnement technologique. Le simple utilisateur dépend des programmeurs… Et j’ajouterais qu’il y a plusieurs niveaux de programmation ! En plus !

Ma réflexion se poursuit…

Malaise dans le système…

Dimanche, je fus témoin, à distance (du moins physiquement, puisque pendant quelques minutes, j’ai pu me joindre au groupe via Skype), de la naissance de ce que le groupe a “auto-nommé” une TRIBU.

Le but de cette tribu est de réfléchir, mais surtout d’agir devant les besoins criants (et craints par Ze Système) qui sont constatés en éducation au Québec, principalement en ce qui concerne l’intégration des technologies de l’information et (surtout?) des communications. (François Guité disait aujourd’hui, avec justesse, sur Twitter que souvent, dans l’intégration des TIC, on “bloque” souvent à la lettre T)…

Mon premier réflexe en fut un de prudence (presque de recul), surtout devant le nom du “hashtag” utilisé pour les quelques gazouillis rédigés à cette occasion (#MesseTIC)… Peut-être est-ce causé par des expériences antérieures, mais le mot “messe” fait peut-être un peu trop référence à une religion (hors de laquelle, par définition ou “droit canonique”, il n’y a point de salut – mon bacc en théologie me sert peut-être un peu ici !!!), voire même à une secte. Or, être sectaire, c’est se condamner à l’isolement, social ou autre… (Mise à jour (avant même d’avoir fini d’écrire ce billet) : le hashtag MesseTIC devient TribuEdu, finalement !)

En même temps, toute religion est née au départ d’une espèce de secte, la différence entre secte et religion étant presque exclusivement une question de nombre d’adeptes… en tournant quelques coins un peu rond, je sais…

Hormis ces considérations sémantiques, une chose ressort très nettement malgré tout: il y a un profond malaise, ou encore une énorme distorsion temporelle entre le système d’éducation tel qu’on le connait (depuis quelques siècles !!!) et les besoins des étudiants (ou élèves, c’est pareil dans ce texte…)

Est-on en train d’assister à un clivage générationnel (pas nouveau, comme truc, que cela !), ou pire, à un clivage culturel engendré par une (r)évolution de notre société, amenée par tous ces moyens dits technologiques qui remettent en question la société dite “industrielle” qui “sévit” depuis plus de 2 siècles ?

Sincèrement, je pense que nous sommes à un tournant, mais qu’un système d’éducation, ça ne se tourne pas sur un 10 cennes, malheureusement, tandis que les réseaux sociaux supportés par la technologie (car ce n’est pas la technologie, mais beaucoup plus ses implications, collaboratives et autres !!!), eux, évoluent énormément plus vite que tout système, naturellement plus ou moins sclérosé, par définition, de par sa nature même, surtout que tout système tend naturellement (encore) à nier ce qui le remet en question…

Alors, si nous voulons évoluer et contrer le décrochage d’une génération au complet (au rythme où les stats évoluent), sommes-nous condamnés à attendre après un système qui réagira forcément beaucoup trop lentement et surtout trop tard ? Sommes-nous alors condamnés à développer des outils pertinents HORS système (conclusion à laquelle j’arrivais à la suite d’une réflexion collective en septembre 2007 – Vers l’éducation 2.0) ? Ou encore, sommes-nous (ceux qui réalisent l’urgence d’agir) plutôt condamnés à agir HORS système, mais tout en restant DANS le système, c’est-à-dire en se réseautant au plus vite entre nous, en créant des ponts entre nos classes ?

Mais pour que tout cela soit possible, compte tenu de la lourdeur actuelle de la tâche d’un enseignant, si on veut que toutes ces démarches puissent avoir l’ombre d’une chance de réussite, il va falloir des appuis en plus haut lieu. Les “simples profs” ne peuvent se déguiser en Atlas et porter tout le monde et ses changements sur leurs frêles épaules. Il va falloir que des entreprises éducationnelles ou technologiques ou autres leviers importants de ce genre prennent des risques avec ces enseignants volontaires, avec ces pionniers de ces nouveaux temps. (On ne dira pas le mot “modernes”, car le mot réfère à des temps devenus … anciens ;-)) Il va aussi falloir que nos directions décollent (!) d’une logique de contrôle dans laquelle certains sont encore empêtrés. (À ce sujet, lire l’excellent billet chez grisvert.com: leçon de gestion 101 ?)

Ces appuis nous sont devenus nécessaires. Et il va falloir s’en servir !

À suivre…

 

P.S.: Merci à Stéphane Brousseau et à Guillaume Payette qui, avant même que je n’aie complété la rédaction de ce billet, ont proposé TribuEdu pour le hashtag au lieu du MesseTic initial 😉 Décidément, les gars, vous lisiez mon brouillon par dessus mon épaule, malgré les quelque 150 ou 200 km qui nous séparent physiquement 😉